Guadeloupe : Cédric Cornet, condamné pour délit sexuel sur mineure, élu maire, relève Libération

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe
Mots clés : ,

Le journal Libération pointe du doigt, mercredi, l’élection dimanche à la mairie du Gosier de, Cédric Cornet, condamné en 2019 pour délit sexuel sur une mineure de 13 ans au moment des faits. Seulement, souligne Libération, le jugement ne l’avait pas rendu inéligible.

Cédric Cornet a recueilli dimanche près de 50 % des suffrages auprès des électeurs de la commune du Gosier.

« Le 5 février 2019, à la sortie de la cour d’appel de Basse-Terre, Cédric Cornet vient d’être condamné à deux ans de prison avec sursis, cinq ans de suivi socio-judiciaire, 16.000 euros d’amendes et à une inscription au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes, pour atteinte sexuelle sur mineure de moins de 15 ans », rappelle Libération.

Le journal raconte l’état d’esprit de Cédric Cornet à ce moment-là. « Il s’installe quelques minutes sous un des manguiers qui ennoblissent le patio du tribunal. Les mots se bousculent dans sa bouche. Le personnage est petit, brun, avec des yeux vifs qui ne se fixent nulle part », décrit Libération.

Et d’ajouter : « En vérité, il n’avait pas vraiment pris la chose au sérieux pour cette nouvelle audience. Persuadé qu’il serait, comme en première instance, relaxé faute de preuve. »

« Cédric Cornet, vice-président de la région Guadeloupe sous la mandature de Victorin Lurel, proche du Parti socialiste, donnait quelques années auparavant des cours de soutien scolaire à son domicile. C’est dans ce contexte qu’il s’est livré, en 2013, à des attouchements », poursuit le Journal. L’adolescente était âgée de 13 ans à l’époque.

Cédric Cornet avait réagi sur Facebook après le verdict, ne laissant aucun doute sur sa volonté d’être le futur maire de la ville du Gosier :

« Je tiens à vous remercier pour vos nombreux messages de soutien j’ai mal que la mafia et le mensonge triomphent dans cette histoire…Ils veulent me destabiliser ils veulent me salir ils veulent me detruire ils veulent me tuer…MAIS j’ai une mission sur cette terre et ce n’est pas la corruption qui va me faire abandonner je crois en Dieu et dans les gens qui m’aiment… », écrivait-il.

« En eux je puise la force de continuer et de me battre pour les interets des
Guadeloupeens..ENSEMBLE ». Il avait signé son texte « votre futur maire ».

Photo : Capture écran Libértion