Guadeloupe : Le gérant d’une discothèque condamné pour agression sexuelle sur une cliente

Rédigé par : Kayleen Jude, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe
Mots clés : ,

Laurent Millet a écopé de 2 ans de prison ferme, ainsi qu’une inscription au fichier national des délinquants sexuels. Il a été reconnu coupable d’agression sexuelle d’une cliente en avril 2017.

Un homme réputé coureur de jupons. Une jeune femme qualifiée d’aguicheuse. De l’alcool qui coule à flot.

« Les rumeurs » étaient très partagées sur cette affaire. Les enquêteurs ont eu fort à faire pour démêler le vrai du faux.

Les faits se déroulent le 15 avril 2017, dans l’ancienne discothèque Le Kama, situé à Jarry, à Baie-Mahault.

Une jeune femme âgée de 22 ans à l’époque, habituée des lieux, se rend au bar et prend un premier verre.

La victime traumatisée a quitté la Guadeloupe

Un deuxième lui est offert par le gérant, Laurent Millet. Et c’est à partir de là que les choses deviennent floues.

A-t-elle été droguée ? Même si aucune substance n’a été retrouvée dans son organisme, c’est en tout cas l’avis de son avocat.

« La drogue du violeur n’est détectable que durant quelques heures » indique t-il. Il est vrai que la jeune femme ne se confie pas tout de suite à ses proches

Lors de son audition, elle expliquera ne se souvenir de rien, avoir juste des « flashes », dans l’un des bureaux de l’établissement.

Une scène gênante pour elle. Car elle assure ne jamais avoir accepté les avances sexuelles du gérant du Kama Club, âgé de 37 ans.

Aujourd’hui, fortement traumatisée, elle a préféré quitter la Guadeloupe et s’installer dans l’hexagone.

Inscription au fichier des délinquants sexuels

Laurent Millet, quant à lui, ne cessera de nier les faits reprochés. Les « rapports étaient consentis » selon ses déclarations.

Mais voilà, les investigations ont permis de retrouver d’autres clientes de la discothèque, ayant vécu la même mésaventure.

Toujours avec ce « sentiment d’amnésie ».

Le prévenu a finalement été condamné à 4 ans de prison dont 2 assortis du sursis. Avec une inscription au fichier national des délinquants sexuels.