Guadeloupe : L’eau ne coule plus dans les robinets

Vues : 0

Depuis ce lundi 15 décembre, les agents de la Générale des Eaux Guadeloupe sont en grève “générale et illimitée” à l’appel de l’intersyndicale réunissant l’UGTG et la CFE-CGC.

L’île sœur est confrontée depuis lundi à une grève « générale et illimitée » des agents de la Générale des Eaux, entraînant des perturbations dans la distribution de l’eau dans de nombreux foyers. Plusieurs établissements scolaires gardent porte close, pour des raisons d’hygiènes évidentes.

Les grévistes veulent des réponses concernant la situation de 143 salariés en attente de régularisation de leurs contrats qui arrivent à échéance à la fin du mois de décembre.

Les guadeloupéens sont excédés et dénoncent « une prise d’otage ». Ils se manifestent sur les réseaux sociaux :

Montrons notre colère et notre indignation a cette prise d’otage intolérable ! Notre économie est en danger ! Nos enfants privés d’école ! L’image de la GUADELOUPE encore une fois de plus écornée ! De grave risque sanitaire pour nous tous ! Ne restez pas impassible comme d’habitude !!

Une pétition adressée au préfet de la Guadeloupe, a été mis en ligne pour avoir de l’eau qui coule dans tous les robinets.

Dans un communiqué George Pau-Langevin, la Ministre des Outremer, se dit « préoccupée par les conséquences de la situation actuelle sur la vie quotidienne des Guadeloupéens et sur l’activité économique » de l’île :

« Face aux coupures d’eau observées dans plusieurs communes de Guadeloupe, la Ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin tient à rappeler que l’approvisionnement et la distribution de l’eau relèvent des compétences et de la responsabilité exclusive des collectivités locales.

L’Etat ne s’est pourtant pas montré inactif.

Les difficultés que connaît la Guadeloupe en matière de gestion de l’eau depuis plusieurs mois ont conduit la précédente préfète, Marcelle Pierrot et son successeur, Jacques Billant, à prendre plusieurs initiatives, en lien avec les présidents des collectivités concernées, destinées à les accompagner dans la recherche de solutions à la fois d’urgence et pérennes.

La Ministre des Outre-mer elle-même avait, à l’occasion de son déplacement en Guadeloupe fin octobre, abordé ce sujet avec les élus concernés, afin de les aider à dégager des pistes de solutions.

La Ministre des Outre-mer, préoccupée par les conséquences de la situation actuelle sur la vie quotidienne des Guadeloupéens et sur l’activité économique, appelle l’ensemble des acteurs du dossier à s’accorder très vite sur les voies et les moyens de rétablir l’approvisionnement en eau et à mettre en place un dispositif de gestion durable de production et de distribution de l’eau potable.

George Pau-Langevin rappelle enfin que l’eau est un bien collectif rare pour lequel les investissements d’aujourd’hui garantissent le développement futur de la Guadeloupe.

Sa gestion et sa préservation relèvent aussi de la responsabilité de l’ensemble des citoyens ».