Haïti : un chef de gang recherché, livre à la police le tueur présumé d’Evelyne Sincère, kidnappée puis tuée

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Caraïbe
Mots clés : ,

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Jimmy Chérizier, alias Barbecue, ancien policier haïtien, reconvertit en chef de gang, livre le tueur présumé de la lycéenne, Evelyne Sincère. Kidnappée, violée, torturée, battue à mort, la jeune femme avait été jetée dans une décharge publique parce que ses parents n’étaient pas en mesure de payer la totalité de la rançon exigée par ses ravisseurs.

Le corps sans vie de la jeune fille, 22 ans, avait été retrouvée dans une décharge le 1er novembre 2020, jour de la Toussaint. Elle avait été violée, torturée parce que ses parents n’avaient pas pu rassembler la totalité des 100.000 dollars que réclamaient les kidnappeurs.

Les proches de la victime n’avaient pas exclu que son petit ami, Obed Joseph alias « Kiki », soit impliqué dans cet assassinat.

Depuis l’enlèvement et l’assassinat d’Evelyne Sincère. Obed Joseph, était activement recherché par la police qui le soupçonne aussi d’être impliqué dans cette affaire.
Selon la police, Obed Joseph était le petit ami de la lycéenne. Ils se sont rencontrés sur les réseaux sociaux. Le 29 octobre 2020, ils auraient pris rendez-vous. C’est la dernière fois que les proches de la jeune femme l’ont vue en vie. Un avis de recherche avait été émis par les forces de l’ordre qui ne parvenaient pas à mettre la main sur ce suspect numéro un.

Mais dans la nuit du 4 novembre, 2020, c’est Jimmy Chérizier, alias Barbecue, un ancien policier reconverti en chef de gang qui a fait livrer à la police, le suspect, Obed Joseph.
Quant à Jimmy Chérizier, il est activement recherché par les forces de l’ordre, depuis février 2019, pour son implication présumée dans plusieurs attaques meurtrières.

Dans la vidéo postée sur les réseaux sociaux, Chérizier tient à montrer que le suspect n’a pas été battu.

Plusieurs médias haitiens accusent le commissaire de police, Normil Rameau, le Président de la République Jovenel Moise et Joseph Jouthe, le Premier ministre d’être complices des gangs.

Ce lundi 9 novembre 2020, date officielle de la rentrée scolaire en Haïti, une manifestation est prévue pour demander justice pour toutes les victimes de l’insécurité grandissante dans ce pays où le kidnapping est devenue une activité lucrative..
Selon le journal haïtien Le Novelliste, le kidnapping en Haïti, est devenue une activité lucrative qui s’est accélérée ces dernières semaines. Il relate plusieurs cas de kidnapping ces dernières semaines :

« Wolf Hall, propriétaire de Titi Lotto, enlevé par des bandits armés à la ruelle Alerte, a été libéré après plusieurs jours de séquestration aux ordres du chef de gang nommé Ti Lapli, membre de G-9, un regroupement de gangs », écrit le journal.

« L’ex-footballeur international haïtien, Johnny Descollines, un jeune médecin et son ami ont été séquestrés, après avoir été kidnappés à Delmas 33, le 21 octobre, vers 3 heures du matin par des hommes lourdement armés, en uniforme de police, circulant à bord d’une Nissan », poursuit le journal.

Il ajoute que « le 9 octobre 2020, vers 2 heures de l’après-midi, Marthe Romulus, 37 ans, au moment de faire la navette entre l’ancien et le nouveau local de l’entreprise d’import/export pour laquelle elle travaille, confie avoir a été interceptée ainsi que le chauffeur de son patron par six hommes lourdement armés portant l’uniforme de l’USGPN, à la rue des Miracles. Elle et le conducteur du véhicule ont été kidnappés et libérés après ».
Après avoir diminué régulièrement depuis mars pour atteindre une moyenne mensuelle de 3,5, le nombre d’enlèvements est passé à 19 en juillet, selon le dernier rapport des Nations unies sur Haïti.

Au total, 32 personnes (dont 9 femmes et 3 enfants) ont été enlevées, contre 25 au cours des trois mois précédents (dont 7 femmes et 7 enfants), ce qui représente une augmentation de 28 % », poursuit le rapport.