Hollywood – « De l’Amour sous la Haine? » : Primé pour son 1er film qu’il présente à Los Angeles

« Créer ce film en France et le présenter ici à Hollywood, c’est un rêve qui se réalise. C’est vraiment quelque chose d’incroyable. Je n’imaginais pas la ville de Los Angeles ainsi. On dort cinéma, on mange cinéma, on voit des décors de films quand on marche dans la rue. Je suis heureux extrêmement heureux d’être là ».

Nous avons rencontré le jeune franco-haïtien au Barnsdall Gallery Theatre dans la partie Est d’Hollywood.

« Love Beanth Hate? » ou en français « De l’Amour sous la Haine? », le film de long métrage, réalisé par Patrick Jean Exenat, reçoit le Prix du Meilleur Premier film (Best Innovative Film) au Festival du Film d’Haïtien qui se tenait à Los Angeles.

« Personne ne croyait que je pouvais réaliser un film avec 20 000 euros, et de surcroît un long métrage, je n’ai pas demandé de l’aide au CNC (Le Centre National du Cinéma), j’ai fait un appel de fonds sur les réseaux sociaux et voilà » 

Il a quitté Paris il y a trois jours et Patrick Jean Exenat est un homme comblé. Samedi soir, le jeune réalisateur et comédien a obtenu sa première récompense cinématographique. Pour son premier film et son premier Festival, il reçoit The Best Innovative Film qui couronne sa courte carrière.

« J’ai écrit le scénario en 2007 et j’ai pris mon temps pour le faire car je devais gagner en mâturité ». Entre amour et racisme, le scénario « De l’amour sous la haine ? » résume l’histoire de Jenna, une jeune française. Un soir alors qu’elle rentre chez elle, Jenna est victime d’une terrible agression d’un groupe d’individus. L’arrivée de Ruben (Patrick Jean Exenat) dans sa vie est-elle le fruit du hasard ou cache-t-elle un secret inavouable ? 

« Le film a été tourné durant un an mais je mûrissais cette envie de puis 10 ans », précise Patrick Jean Exenat. « Avec les attentats en France, on ne pouvait pas tourner tout le temps, on avait pas les autorisations pour filmer dans la rue et cela a étaler le temps de réalisation du film » , ajoute un peu gêner, le jeune réalisateur d’origine haïtienne.

Arrivé jeudi 16 août dans la ville du cinéma, Patrick Jean Exenat savoure sa participation au 3ème Festival du Cinéma Haïtien, créé par Jacquil Constant. « C’est quelque chose de gratifiant de voir son travail récompensé, celui de toute une équipe qui a travaillé durement sur ce long métrage. Et aujourd’hui, de le savoir sélectionné et en plus à Los Angeles. C’est incroyable ! » a déclaré le jeune comédien-réalisateur hier soir au Barnsdall Gallery Theatre.

D’abord acteur, (c’est son premier métier), Patrick Jean Exenat est devenu réalisateur « par hasard », et le comédien qui admire Denzel Whashington, se laisse tenter par la réalisation : « Je me suis rapidement rendu compte qu’il n’y avait pas de rôles intéressants pour des acteurs noirs et je me suis dit, s’il n’y a pas de rôle pour toi, écris-les. Et voilà, je me suis depuis lancé ce défi ».

« Après cette récompense (du Meilleur Premier film), je vais présenter « De l’amour sous la haine ? » dans d’autres Festivals en France et aussi à l’étranger. On va essayer de faire parler du film »

« Mon équipe et moi nous avons aussi d’autres projets qui sont en préparation. Mais c’est une expérience que j’ai vraiment apprécié, conclut Patrick Jean Exenat, de pouvoir diriger une équipe de comédiens et de techniciens. Imaginer un projet et de le voir se construire, c’est génial. Voir le film projeté à Hollywood, c’est une expérience que je vais retenter, c’est certain »

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy