Îlet La Grotte : « Quand la paix doit revenir sur les îlets… »

Tribune Libre : « Quand la paix doit revenir sur les îlets… » par Emmanuel de Reynal :

« L’îlet La Grotte est devenu la nouvelle cible des activistes qui ont décidé de contester la légalité de son occupation par une famille de Martiniquais.

Rappelons l’histoire :

En 1917, l’îlet La Grotte appartenant à Madame Ragot est vendu à Monsieur Duchamp, dont les héritiers occupent aujourd’hui les lieux dans le plus grand respect des règles légales.

En 2015, le titre de propriété de l’îlet ayant été invalidé, les occupants ont du s’engager auprès de l’ONF par un contrat de concession assorti de contraintes environnementales fortes. Depuis cette date, ils s’acquittent d’un loyer, et veillent scrupuleusement au respect des règlements qui leur sont imposés.

C’est donc en toute légalité que les 6 petites maisons de l’îlet sont aujourd’hui habitées.

D’autres îlets du Robert sont soumis au même régime, impliquant d’autres familles qui, semble-t-il, ne posent aucun problème aux activistes.

Il existe en effet 9 îlets au Robert. Ils sont tous sous contrainte ONF, sauf l’îlet Hannibal qui est classé Zone d’habitat modéré.

Certains d’entre eux sont inhabités. C’est le cas des îlets Boisseau, Lougarou, et Petit Piton.

Certains d’entre eux appartiennent à des propriétaires privés, et sont occupés légalement, c’est le cas des îlets Hannibal et Chancel.

Certains d’entre eux font l’objet d’une Autorisation d’Occupation Temporaire (AOT), assortie de loyers que versent les occupants à l’ONF. C’est le cas notamment de l’îlet La Grotte.

Rappelons qu’en Martinique, plusieurs milliers de familles occupent tout aussi légalement des concessions ONF sur les zones littorales de l’île.

Rappelons aussi que les îlets du Robert sont des lieux fragiles qui exigent une protection rigoureuse de leur biotope. Leurs occupants sont soumis à des règles strictes. Toutes les actions qui pourraient nuire à leur écosystème, et en particulier aux espèces végétales et animales, y sont interdites selon un arrêté préfectoral de 2002 qui contraint aussi bien les occupants que les visiteurs.

Les habitants des îlets du Robert sont des Martiniquais, quelle que soit leur couleur de peau. Ce sont des occupants légitimes, dès lors qu’ils s’acquittent de leurs obligations. Si les îlets ne leur appartiennent pas, les terrains et maisons dans lesquels ils vivent constituent bien leur domaine privé, et rien ne justifie que ces espaces soient violés par quiconque.

La vérité nous oblige à dire que les provocations que subissent certains occupants résultent d’une volonté d’opposer des Martiniquais entre eux. Cette volonté est le fait d’une minorité d’individus qui, convaincus de leur bon droit, ont décidé de « faire leur loi ». Ils mettent ainsi une famille martiniquaise à la vindicte populaire en répandant des sentiments de haine sur les réseaux sociaux.

Les békés de l’îlet La Grotte sont des Martiniquais, tout comme le sont les occupants de l’îlet Hannibal, de l’îlet Chancel, ou de l’îlet Petit Vincent…

Que celles et ceux qui veulent visiter les îlets de Martinique puissent le faire dans le respect des règles environnementales d’une part, dans le respect des domiciles privés d’autre part… et dans le respect des martiniquais qui y vivent, tout simplement.

Emmanuel de reynal