« Impossible » de rouvrir les collèges et lycées en mai, a dit Alfred Marie-Jeanne au Premier ministre

Alfred Marie-Jeanne a fait savoir jeudi au Premier ministre qu’il sera « impossible » de rouvrir en mai, les collèges et les lycées de Martinique, faute de moyens suffisants pour protéger les élèves et le personnel du COVID19.

« Après concertation avec les maires, avec les représentants des organisations syndicales
et des associations de parents d’élèves

Il s’avère impossible de rouvrir les collèges et les lycées aux scolaires en mai », a-t-il dit à Édouard Philippe qui avait organisé une réunion avec les Présidents des Régions de France et des Collectivités d’Outremer, par visioconférence.

« Une organisation pédagogique doit être déployée pour achever l’accompagnement scolaire et pour assurer la rentrée en septembre.

Telles sont mes préconisations, Monsieur le Premier Ministre », a dit le Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique au cours de cette réunion.

Celle-ci portait sur « le fonds de solidarité et la préparation du dé-confinement ».

Alfred Marie-Jeanne a aussi informé le Premier ministre que la CTM avait été plébiscitée par tous les maires et par toutes les communautés d’agglomération de Martinique pour piloter la crise sanitaire du COVID19 et préparer la sortie du confinement.

« Monsieur le Premier Ministre, sur la question de la préparation du dé-confinement, je vous informe que tous les Maires et Présidents d’EPCI réunis à mon initiative ont unanimement réclamé l’expression d’une stratégie martiniquaise, pilotée par la CTM, pour la gestion de cette crise sanitaire et sociale et aussi pour préparer le dé-confinement ».

Il lui a ainsi fait part des incertitudes qui constituent un obstacle à la reprise des cours en Martinique comme « la nécessité de préserver l’intégrité sanitaire des divers publics », le « besoin de nettoyer tous les établissements avant et pendant la période
de reprise pour éviter la propagation, ou encore « équiper tous les ATTEE (plus de 1000 agents) travaillant dans les établissements, à raison de trois masques par jour au minimum ».

«Le stock existant en masques (…) ne peut répondre à cette exigence », a-t-il estimé, mettant l’accent sur «l’incertitude » aussi quant à l’arrivée de nouveaux stocks.

Le president de la CTM a aussi attiré l’attention sur le nombre de jours restants pour clôturer l’année scolaire.

Alfred Marie-Jeanne a fait valoir au Premier ministre la nécessité « d’avoir une politique adaptée à la situation » de la Martinique.

A ce titre « plusieurs décisions seront mises en œuvre avec les maires, les Présidents d’EPCI et la CTM » dans plusieurs domaines dont celui de la généralisation du port du masque, la gestion de la reprise éventuelle des cours dans le primaire et le secondaire dont il ne saurait toutefois «être question d’exposer les scolaires et les personnels au risque de contamination », a-t-il dit.