Ingénieure et mannequin , la guyanaise Orméla GF’ry, concourt pour le 3ème plus grand Prix de beauté mondial

Orianne Beuze alias Orméla GF’ry participera en fin d’année à l’élection de France Miss International. Après le concours de Miss Univers et de Miss Monde, cette compétition est la plus importante, la troisième après ces deux prestigieux concours de beauté, connus mondialement.

En septembre prochain, la jeune guyanaise, pourtant habituée aux élections de reines de beauté, relève un gros défi.


Mais pour s’assurer sa place en finale, la jeune guyanaise doit trouver des sponsors, des mécènes comme un véritable agent. Entre son emploi et ses activités annexes, c’est un parcourt du combattant, qu’elle accepte de relever.

Un challenge qui ne l’effraie pas : « Aimant les défis, j’ai voulu tenter cette nouvelle expérience. Pouvoir participer à la finale de France de Miss International sans obligatoirement être élue dans une élection locale, est une véritable aubaine pour moi. »

Née à Cayenne en Guyane française, Orméla GF’ry grandi à Matoury et arrive à la fin de l’année 2014 à Paris. Après 2 ans de classe préparatoire et 3 années sur les bancs d’une école d’ingénieurs, la jeune guyanaise, formée également à l’étranger (Mexique) obtient son diplôme d’ingénieure en Informatique et Finance. Aujourd’hui, titulaire d’un Bac+5, Orméla GF’ry est Chef de Projet Informatique dans un grand groupe bancaire et trouve le temps de représenter sa région sur les podiums de la mode et dans des concours d’élégance.

Mannequin et candidates à de nombreuses élections, la jeune guyanaise est sereine : « J’ai déjà concouru pour d’autres élections. Notamment en 2016 à Miss Prestige Paris Île-De-France. J’ai terminé deuxième dauphine. Par la suite, j’ai eu envie de représenter ma région natale, la Guyane. L’année dernière en 2017, j’ai participé à Miss Guyane. Ce fut une belle aventure. »  »

Orméla GF’ry explique comment elle a composé son pseudo, qu’elle utilise dans le monde de la mode et du luxe : « Or pour Orianne et Méla pour Mélanie. GF veut dire Guyane Française. Le ‘ry’ a une double signification, premièrement ce sont les initiales de mes 2 frères, et puis le r pour redemption et le y pour youth en anglais. »

A l’instar de ses amies et concurrentes pour le même titre, Orméla, détendue, espère qu’une ultramarine comme elle aura toutes ses chances,  :  « Le fait d’avoir été sélectionnée dans des concours de Miss, me permet de mieux appréhender la scène. Différents passages sont prévus : en robe de cocktail, de soirée, en tenue régionale et en maillot de bain. Il me semble qu’aucune guyanaise n’a pu représenter la France jusqu’à présent. » avoue, confiante, la jeune ingénieure en informatique.

L’élection qui départagera une vingtaine de participantes, aura lieu le 23 septembre prochain dans un cabaret « Le Rumours » de 13h à 18h, dans le Nord de la France, près de Roubaix. La gagnante sur le territoire, Miss International France, ira au Japon pour le sacre final.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy Images OG/Stéphane Just.