Interpellation violente d’une femme enceinte à la gare d’Aulnay-Sous-Bois : La SNCF s’explique

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés : ,

La vidéo de l’arrestation violente d’une femme noire à la gare d’Aulnay-Sous-Bois par des agents de la SUGE, la sûreté ferroviaire a suscité l’indignation sur Twitter. Interpellés par de nombreux internautes qui ont relayés la séquence, la SNCF  a publié un communiqué pour s’expliquer.

Dans la vidéo, retweeté plus de 25 000 fois, on entend la jeune femme crier, alors qu’elle est plaquée au sol par les agents qui tentent de lui passer les menottes. Les passagers qui filment la scène informent les agents que la jeune femme est enceinte.

Les images ont suscité l’indignation ce mercredi matin sur les réseaux sociaux. « Donc maintenant la @sncf s’y met et des agents qui ne sont même pas policiers se prennent pour des cow boys qui plus est sur une femme enceinte. Quelle violence » a écrit l’entrepreneuse Hapsatou Sy sur Twitter.

Interpellé sur Twitter, la SNCF a publié un communiqué (ci-dessous), expliquant ce qui s’est passé :

Une vidéo amateur diffusée sur les réseaux sociaux montrant l’interpellation d’une personne hier soir en gare d’Aulnay-sous-Bois fait ces dernières heures l’objet de vives discussions entre internautes, ainsi que d’interprétations trompeuses. En montrant uniquement la fin de l’intervention des agents de la surveillance générale, un moment forcément impressionnant, aucune contextualisation, ni explication n’est apportée.

La personne mise en cause venait d’être verbalisée à trois reprises, notamment car elle ne portait pas de masque, qu’elle avait craché et qu’elle voulait prendre le train sans billet. Les agents l’ont ensuite invitée à quitter la gare. Devant son refus, et un comportement agressif, cette injonction de quitter la gare est devenue contraignante.

Les images diffusées font suite à plusieurs morsures et griffures subies par les agents de la sûreté ferroviaire qui ont porté plainte et ont été entendus par les autorités judiciaires (Deux agents sont en ITT de 5 jours et un de 7 jours)

La personne s’est signalée enceinte durant l’interpellation, les agents de la SUGE ont immédiatement demandé au SAMU de la prendre en charge, par mesure de précaution. La personne qui l’accompagnait a été remise aux forces de l’ordre pour outrages et violences.

Une enquête interne a été ouverte a également indiqué la SNCF dans son communiqué.