IRMA : Des renforts pour la Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin

Vues : 432

En prévision du passage du cyclone IRMA mardi et mercredi sur l’arc antillais, l’Etat-major de la zone Antilles, placé sous l’autorité de Franck Robine, préfet de la zone de défense Antilles, préfet de la Martinique, coordonne les demandes de renforts nationaux et zonaux pour les territoires de la Guadeloupe et de Saint-Barthélemy et Saint-Martin.

L’ouragan devrait principalement toucher les îles du Nord et la Guadeloupe.
Par anticipation, la préfète déléguée auprès du représentant de l’Etat (préfet de la Guadeloupe) pour les collectivités de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin a sollicité des renforts humains et matériels.

En lien avec le centre opérationnel de Gestion interministérielle des crises (COGIC) au ministère de l’Intérieur, l’Etat major de la zone Antilles a coordonné l’acheminement de 57 militaires des Unités d’Instruction et d’Intervention de la Sécurité Civile. Ces derniers sont issus de l’UIISC 7 basée à Brignoles (83). Équipés de matériel de tronçonnage, de bâchage, de chiens de recherches de personnes disparues, et d’unité de purification de l’eau, ils ont été positionnés à Saint-Martin dès ce lundi 4 septembre et mis à la disposition des autorités locales pour intervenir immédiatement en cas de besoin en renfort des secours insulaires.

Par ailleurs, un avion de type CASA a décollé depuis la Guyane ce lundi 4 septembre avec un lot Poste Sanitaire Mobile. Ce fret a été complété par des bâches et des rouleaux polyan de la réserve nationale en Martinique, le tout étant directement livré à Saint Martin. Une deuxième rotation au départ de la Martinique puis de la Guadeloupe a permis d’acheminer à Saint Martin 6 personnels de santé, 18 sapeurs-pompiers du SDIS 971, 2 officiers de liaison des FAA et un détachement de militaires.

D’autres moyens aériens de type hélicoptère de manœuvre pour acheminer des moyens matériels et humains civils et militaires, à Saint Martin ou Saint Barthélémy en particulier sur des zones inaccessibles par voie terrestres ont été demandés pour être prêts à intervenir après le passage de l’ouragan.