Jean Castex qualifie la Guyane d’«île» : Une bourde qui ne passe pas, après celle de Macron

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France, Guyane
Mots clés :

A peine arrivé en Guyane dimanche, le Premier ministre, a déclenché indignation et moqueries sur les réseaux sociaux, en qualifiant la Guyane « d’île », alors que ce vaste territoire est situé entre le Brésil et le Suriname.

Une bourde déjà commise par Emmanuel Macron au cours d’un voyage de campagne électorale en Guyane en 2017. Il avait dû s’excuser.

Dimanche soir, Jean Castex, lors de son arrivée en Guyane, où il s’est rendu en urgence en raison de l’épidémie de Covid-19 qui fait rage, a déclaré dans un discours : «le ministre (des Outre-mer) Lecornu restera demain avec vous et auprès des acteurs socio-économiques de l’île en particulier”.
Une phrase qui ne passe pas auprès de la classe politique guyanaise et des internautes.

Le député guyanais Gabriel Serville se demande : « Que faire ? En rire ? En pleurer ? Se fâcher ? »

Le député de la Guyane, Gabriel Serville (qui siège avec les communistes à l’Assemblée nationale) a réagi sur Twitter :

« Que faire ? En rire ? En pleurer ? Se fâcher ? Que @JeanCASTEX se rassure, 99% de ceux qui décident pour nous n’en savent pas plus sur nous et ne s’en préoccupent pas plus non plus », a-t-il asséné.

Ludovic, un internaute a pour sa part tweeté : « Non, non et non… La Guyane, aussi rude que soit la situation, n’est toujours pas une île ! Non, toujours pas ! M. Le Premier Ministre… Un effort, putain de merde. Respectez les gens, ne dites pas des âneries en ces temps déjà difficiles».

Un autre internaute renchérit : « On recommence et on recopie 3 fois : La Guyane N’EST PAS UNE ÎLE ! Elle est collée au Brésil sur le continent. C’est un comique de répétition depuis le début de ce quinquennat après la même erreur d’Emmanuel Macron ».
D’autres internautes tentent de minimiser l’erreur voire de la justifier, en expliquant que Cayenne, le chef-lieu d’où le Premier ministre a prononcé son discours, dimanche soir, est une presqu’île.

Le député Gabriel Serville leur répond : «À tous les experts en questions guyanaises qui sortent du bois, jamais personne ne parle « d’élus de l’île » pour qualifier les élus de Cayenne, RM et Matoury. Par ailleurs, contrairement au nuage de Tchernobyl, le #Covd19 ne s’est pas arrêté à la mangrove du tour de l’île. »

Emmanuel Macron avait dû présenter ses excuses en 2017 pour la même erreur

En 2017, lors de sa campagne électorale, Emmanuel Macron, interrogé sur la situation sociale tendue en Guyane avait aussi parlé de la Guyane comme une île, en déclarant à M6 : « Ce qu’il se passe en Guyane depuis plusieurs jours est grave. C’est grave en raison des débordements. Mon premier mot est celui d’un appel au calme parce que bloquer les pistes d’un aéroport, bloquer les décollages, et parfois même bloquer le fonctionnement de l’île ne peut être une réponse apportée à la situation. »

A l’époque cette phrase avait suscité un tollé et  Emmanuel Macron avait dû présenter ses excuses sur Twitter. «Je suis allé trop vite, j’ai fait une erreur, et présente mes excuses à ceux qui ont été blessés », avait-il indiqué.

Le Premier ministre Jean Castex, dont c’est le premier déplacement en Outre-mer depuis sa nomination à Matignon, ne s’est pas exprimé sur cette nouvelle maladresse qui tourne à la polémique sur les réseaux sociaux, prenant le pas sur les véritables problèmes de l’île.
A Cayenne, le Premier ministre a laissé entendre dimanche soir qu’une réflexion sur le port du masque obligatoire dans les lieux fermés était engagée.

La Guyane est toujours placée en état d’urgence sanitaire, comme à Mayotte. Le territoire compte à ce jour plus de 6.000 cas confirmés de Covid-19 et 26 décès depuis le début de l’épidémie.