Jean-Pierre Fanguin : L’influenceur répond aux médias qui le décrivent comme un « faux riche » qui conduit « la voiture de sa maman »

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, France, Monde
Mots clés : ,

Vous avez certainement déjà entendu une de ses phrases fétiches, « Salut à toi, jeune entrepreneur » ou encore « La question, elle est vite répondue » dans ses vidéos qui créent le buzz depuis quelques mois. Le jeune influenceur suisse, Jean-Pierre Fanguin, qui promettait de l’argent facile à ses milliers d’abonnés grâce au trading et aux crypto-monnaies a récemment eu quelques ennuis avec la justice pour des infractions routières. Une information relayée par de nombreux médias qui le décrivent comme un « faux riche » qui conduit « la voiture de sa maman ». Il n’a pas tardé à réagir.

Depuis ses déboires judiciaires pour des infractions routières,  Jean-Pierre Fanguin est décrit comme un « faux riche » qui conduit « la voiture de sa maman »  dans la presse.

Selon 20 Minutes suisse, le Ministère public dresse un portrait un peu moins bling-bling de l’influenceur. Jean-Pierre Fanguin est décrit comme un jeune homme «sans profession». « Il ne dispose pas d’un permis de conduire valable et la Mercedes-Benz C200 qu’il conduit dans l’une de ses vidéos appartient à sa maman. En outre, la Ferrari de son post de mai dernier à La Chaux-de-Fonds (NE) est immatriculée illicitement avec les plaques de la même Mercedes familiale ».

Une information relayée par de nombreux médias et le jeune homme de 21 ans n’a pas tardé à répondre :

« Avis aux journalistes qui ont acheté leur diplôme sur Le Bon Coin: Contactez-moi rapidement pour vous aussi, avoir l’opportunité d’offrir ce genre de véhicule à votre Maman. Joyeux Noël, bisous » a-t-il écrit en légende de capture d’écran d’article de presse et d’une photo de la mercedes qu’il aurait acheté à sa mère. Pour ses abonnés « il a répondu de la meilleure des façons. »

Toujours selon 20 Minutes Suisse, sa fortune personnelle n’est pas précisée par le Parquet. Mais le montant choisi par le procureur dans sa sanction, proportionnel à la situation du prévenu, suggère qu’il ne roule pas sur l’or.