Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage en France : « Pas de réparation financière »

Vues : 3

Christiane Taubira et François Hollande au Jardin du Luxembourg

Le président de la République française français, Jacques Chirac, avait décidé de faire du 10 mai la Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage en métropole : l’occasion pour la France métropolitaine d’honorer le souvenir des esclaves et de commémorer l’abolition de l’esclavage.

François Hollande a participé à la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage ce vendredi 10 mai à Paris, au Jardin du Luxembourg. S’il a qualifié la traite négrière « d’outrage fait par la France à la France », le chef de l’Etat a récusé toute idée de réparation financière.

Depuis 2006, une cérémonie officielle est organisée, chaque année, le 10 mai à Paris en référence à la date de l’adoption en dernière lecture par le Sénat de la loi Taubira du 10 mai 2001. Une loi qui reconnait l’esclavage comme crime contre l’humanité.

C’est « un message de rassemblement autours de nos mémoire et de ce qu’est notre histoire » qu’a souhaité délivrer par sa présence François Hollande. Le président explique qu’il veut « parler à toute la France et à tous les jeunes qui ignorent qu’il y a eu, dans un passé qui n’est pas très lointain, une traite, un esclavage ».

Cette journée était également une occasion de répondre par la négative aux demandes de réparation financière pour les descendants d’esclavages par le Conseil représentatif des associations noires (CRAN): « L’histoire ne s’efface pas. On ne la gomme pas. Elle peut faire l’objet de transactions au terme d’une comptabilité qui serait en tout point impossible à établir. Le seul choix possible, c’est celui de la mémoire », déclare François Hollande.

Source : AFP