Kenzo, la légende de la mode, est mort des suites du Covid-19 : Il a rejoint les fleurs qu’il aimait tant

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés : ,

Kenzo Takada, pionnier des créateurs japonais installé à Paris, est mort ce dimanche 4 octobre 2020, à l’âge de 81 ans, des suites Covid-19.

Premier styliste japonais à s’être imposé à Paris où il a fait toute sa carrière, cette icône de la mode a su imposer son style inimitable et reconnaissable : multiculturalisme et imprimés floraux.

Kenzo Takada, avec ses yeux rieurs, sa fraîcheur, son humilité et sa liberté de ton, repose désormais parmi les fleurs, qu’il affectionnait.

Il s’est éteint à l’Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, en pleine semaine de la mode parisienne, pour laquelle il avait tant fait.

Né le 27 février 1939 à Himeji près d’Osaka, il est arrivé à Marseille en France en 1965, par bateau avant de monter sur la capitale qui le fascinait.
Passionné de dessin et de couture, Kenzo a été formé dans son pays, au Bunka Fashion College de Tokyo.

En réalité, il pensait passer six mois à Paris, il y est resté 50 ans. Son audace et son originalité ont finalement séduit la capitale de la mode. Ses collections toujours pétillantes avec des imprimés fleuris, osant des associations inédites de rayures et de fleurs.

Il a 30 ans quand en avril 1970 il inaugure sa première boutique au cœur de la Galerie Vivienne, décorée dans un esprit Douanier Rousseau, qu’il baptise « Jungle Jap ». La même année, c’est aussi son premier défilé de prêt-à-porter femme entre kimonos remasterisés, jupes hautes aux coloris vifs et tops amples.

Kenzo Takada a su proposer une mode féminine facile à comprendre, mêlant ses racines nippones et ses références occidentales et orientales.

Il savait conjuguer comme personne, les cotonnades japonaises aux chutes de tissu provenant du marché Saint-Pierre, les tenues folkloriques aux vêtements de tous les jours, mixer les couleurs, les imprimés végétaux et floraux.

L’ensemble constituait une allure nomade, hybride et joyeuse, sans nul autre pareil, qui a su séduire.

Photo : Twitter