La Barbade veut en finir avec la Couronne britannique et tourner le dos à son passé colonial

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Caraïbe
Mots clés : ,

La Barbade veut en finir avec la Couronne britannique et tourner le dos à son passé colonial : Dans 14 mois elle sera une République

En novembre 2021, la reine Elisabeth II cessera d’être la Cheffe d’État de la Barbade, la « Petite Angleterre de la Caraïbe » ayant formellement annoncé qu’elle deviendra une République dans 14 mois.

Dans le cadre d’un processus de transition, son statut de monarchie constitutionnelle passera à celui d’une République. C’est Sandra Mason, la Gouverneure générale et Cheffe d’Etat de l’île qui l’a formellement annoncé le 15 septembre, à l’occasion de son discours du Trône écrit par la Première ministre, Mia Mottley, précisant que « cette transition serait achevée avant le 55ème anniversaire de l’Indépendance de l’île le 30 novembre 2021 ».

“Ayant accédé à l’indépendance il y a plus d’un demi-siècle, notre pays peut sans l’ombre d’un doute s’autogouverner”, a-t-elle déclaré, ajoutant : «Le temps est venu de laisser tout notre passé colonial derrière nous. Les Barbadiens souhaitent un chef d’État barbadien.”

Un rêve qui devient réalité, après des années de tentatives avortées

Depuis des années, la Barbade souhaite rompre les liens institutionnels qu’elle a conservés avec son ancienne puissance coloniale afin de pouvoir tourner définitivement le dos à ce douloureux passé. Son rêve va devenir réalité.

“Une nouvelle ère”, a titré le journal Barbados Today, après l’annonce des autorités. “Des décennies après avoir commencé à évoquer l’idée de transformer la Barbade en République, cela va enfin devenir une réalité”, se réjouit le quotidien.
La Barbade a acquis son indépendance en 1966. C’est dans les années 70 que l’idée d’une République a émergé, mais il aura fallu attendre les années 90 pour qu’une Commission chargée d’examiner une révision constitutionnelle valide le projet. Plus de vingt ans après, il se concrétise, après plusieurs tentatives avortées.

La Reine Elizabeth II réagit

Dans un communiqué officiel de Buckingham Palace, la Reine Elizabeth II s’est contentée de déclarer « qu’elle n’est pas impliquée dans les affaires courantes du gouvernement de Barbade, mais le gouverneur général, son représentant sur place, l’informe de toute évolution importante. »

Son petit-fils, le Prince Harry, n’a jamais caché ses opinions quant aux liens que la couronne conserve avec ses anciennes colonies, plaidant pour que le Commonwealth examine son passé.
Sur les réseaux sociaux, il avait publié un discours commun avec son épouse, Meghan Markle, métisse afro-américaine, après avoir quitté ses fonctions au sein de la Couronne, dans lequel il déclarait notamment: « Le Commonwealth est issu de l’empire britannique. Le Commonwealth doit reconnaître les injustices historiques et inconfortables qui ont entraîné la colonisation et l’assujettissement des peuples ».

La plupart des Etats caribéens continuent d’entretenir des liens avec la Couronne britannique, à l’exception de Trinidad et Tobago, de la République Dominicaine et de Guyana.
Mais d’autres comme la Jamaïque ambitionnent d’évoluer dans le sillage de ceux qui ont pris leur envol.