La capitale mondiale du rhum se visite durant les Journées Européennes du Patrimoine 2019

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2019, 15 sites industriels et patrimoniaux de la canne, du sucre et du rhum ouvrent leurs portes au grand public.

Cette année, pour les JEP 2019, les acteurs de la filière Canne Sucre Rhum ont souhaité ouvrir les portes des distilleries et autres sites liés à l’univers de la canne du sucre et du rhum pour permettre au grand public de découvrir la richesse patrimoniale de ces lieux industriels et culturels.

Durant le week-end du 21 et 22 septembre 2019, ces lieux proposeront ainsi un programme d’actions variées à consulter ici : visites guidées et commentées des distilleries et des habitations, shows culinaires, ateliers de dégustation, etc…

Ce sont au total 11 sites privés et 4 sites publics qui seront ouverts au public. L’occasion de découvrir ou de re-découvrir l’histoire et le patrimoine industriel, culturel, humain hérité de la filière canne sucre rhum.

À l’occasion de ces JEP, le Coderum a souhaité également éditer le 1er guide des sites industriels et patrimoniaux de la filière Canne Sucre Rhum en Martinique. Il répertorie et présente ces 15 sites d’exception, invitant les martiniquais et les visiteurs à partir « à la découverte de la capitale mondiale du rhum ».

Un site internet et une page facebook « capitale mondiale du rhum » ont également été lancés pour l’occasion.

La Martinique affirme son positionnement de capitale mondiale du rhum

Les acteurs de la filière canne sucre rhum souhaitent ancrer l’orientation spiritouristique de la Martinique, en tant que capitale mondiale du rhum. « La Martinique est tout à fait légitime pour incarner ce positionnement » explique Charles Larcher le président du Coderum. « Tout d’abord parce que le rhum agricole Martinique est le seul rhum labellisé AOC au monde. Mais aussi parce qu’il y a plus de 15 sites d’exception sur notre territoire qui se visitent et témoignent de l’extraordinaire richesse patrimoniale de cette filière ».

Lancés à l’occasion des journées du patrimoine 2019, ces outils de communication auront pour vocation à perdurer et à structurer la visibilité et l’attractivité de la destination Martinique. Car la filière canne sucre rhum ne revêt pas qu’une réalité économique ; c’est aussi un pan du patrimoine martiniquais à plus d’un titre. Patrimoine architectural avec les habitations et autres édifice industriels ; patrimoine humain au travers des métiers et du savoir-faire unique en matière de distillation et vieillissement des rhum

Seul Rhum agricole AOC au monde

Pour avoir le privilège de l’Appellation d’Origine Contrôlée, le rhum agricole doit répondre à un ensemble de critères établis par l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine).
Il doit être, entre autres, produit à partir de cannes cultivées dans une zone autorisée. Sur ces parcelles, le rendement est limité à 120 tonnes de canne/ha contre plus de 150 tonnes/ha dans d’autres pays.

Cette limitation permet de réduire l’utilisation massive d’engrais. De même, tout épandage de substances sur les cannes en vue de favoriser leur maturation est interdit. Les techniques de production sont, elles aussi, strictement encadrées par l’AOC. Le jus servant à la production de rhum agricole doit être exclusivement obtenu par broyage et pressage de cannes, à température ambiante. Aucun ajout de sirop ou de mélasse n’est toléré.

L’extraction à chaud du jus est interdite. Seules les colonnes créoles à distiller sont autorisées. Par ailleurs, autre spécificité, les rhums qui revendiquent une AOC Martinique sont tous dégustés par une commission d’experts qui certifie leur typicité avant leur mise en marché.

Une histoire végétale sans égale

Peu d’organismes vivants ont connu, au fil des siècles, autant de croisements, de mutations et d’hybridations que la canne à sucre. C’est la plante la plus cultivée en tonnage au monde devant le blé et le riz. Au-delà du sucre, elle entre dans la fabrication de produits divers, des munitions à la parfumerie en passant par les vinaigres et
les conservateurs. La canne à sucre survit des années à l’état sauvage. La durée d’exploitation de la canne varie entre 5 et 10 ans.

Le rhum agricole martiniquais, un savoir-faire unique

Vieilli ou blanc, le rhum est résolument agricole en Martinique, c’est-à-dire élaboré à base de pur jus de canne et non de mélasse comme les rhums industriels ou de sucrerie.
Toutes les distilleries fumantes de l’île se sont tournées vers la production de rhum agricole et 90% bénéficient de l’Appellation d’Origine Contrôlée. Avec l’obtention de l’AOC en 1996, la filière rhum a connu un nouvel essor. Les acteurs se sont tournés vers une production d’excellence qui s’exporte vers plus de 100 marchés internationaux.

La saga du rhum et du sucre a aussi permis le développement d’un savoir- faire rare qui se décline en plus de 15 métiers qui allient technologie, tradition et transmission : chauffeurs générateurs, embrayeurs de moulins, distillateurs, chimistes, tonneliers, maîtres de chais, assembleurs, dégustateurs, etc.

Et bientôt la création d’une signalétique «circuit des distilleries»

Parmi les prochaines actions de la filière, à venir l’installation d’une signalétique « circuit des distilleries » qui permettra aux visiteurs de sillonner l’île via un parcours thématique lié à l’histoire et à l’industrie de la canne du sucre et du rhum en Martinique. Cette action viendra compléter la stratégie de la filière de structurer le positionnement spiritouristique de l’île en tant que capitale mondiale du rhum.