La coiffure rasta refusée sur Air France

Vues : 118

La FAAC (Fédération des associations africaines & créoles) et la FÉDÉRATION TOTAL RESPECT | TJENBÉ RÈD (qui rassemble dix organisations de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida) regrettent la règlementation adoptée par Air France au sujet de la coiffure de son personnel de couleur et demandent au Défenseur des droits, M. Dominique Baudis, de procéder à un nouvel examen de cette règlementation.

Depuis 2004, un steward français et noir, M. Aboubakar Traoré, par ailleurs félicité pour la qualité de son travail, est confronté à une lecture restrictive de cette réglementation parce qu’il a cessé de couper court ses cheveux et les a coiffés en tresses plaquées sur son crâne.

M. Traoré se voit désormais refuser l’accès aux avions dans lesquels il doit embarquer et subit des pertes de salaire. Il lui est demandé de porter une perruque ou de couper ses tresses !

La Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations & pour l’égalité) avait demandé à Air France de mettre un terme à ces difficultés qu’elle estimait «disproportionnées». Cependant, le Défenseur des droits qui lui succède semble satisfait d’une révision des «règles de port de l’uniforme» de la compagnie aérienne qui ne modifie aucunement la situation : sans peur du ridicule et au terme d’intenses réflexions juridiques, Air France, qui reprochait auparavant à M. Traoré de ne plus avoir une coiffure «classique», lui reproche maintenant de ne pas avoir une coiffure «homogène» (sic) !

Alors que M. Traoré a été convoqué à un entretien préalable en vue d’une sanction disciplinaire, la FAAC et TOTAL RESPECT demandent également à Air France de procéder à un nouvel examen de sa réglementation.

Depuis la diffusion de ce reportage sur France 3 le 02 avril le lien pluzz a disparu sur le site de France 3.

www.lafaac.com