La commande de noël du ministre de l’éducation nationale

Vues : 1464

Comme chaque année un peu avant Noël, le ministère a procédé à la distribution des moyens pour la préparation de la prochaine rentrée scolaire.

Le mercredi 20 décembre 2017 le CTM (Comité Technique Ministériel) a examiné la répartition des moyens attribués aux académies pour la prochaine rentrée 2018.

Pour la Martinique la répartition des ETP (Emplois Temps Plein) d’enseignement est la suivante :
– Au primaire : augmentation (+ 8)
– Au second degré : diminution (- 57)
Pour le secteur administration, il y aurait une suppression de 3 ETP

La perte en effectif à la prochaine rentrée ne justifie pas cette augmentation de suppressions qui passe de – 25 ETP à – 57 ETP (plus du double), alors que la diminution des effectifs en 2018 sera sensiblement la même que celle de l’année 2017.

De plus la suppression de 57 ETP correspondra très certainement à environ 80 postes en moins pour l’académie Martinique. Toutes les catégories seront touchées (enseignants, CPE, Psychologues, lauréats aux concours, stagiaires).
Le ministère de l’Education nationale prend comme prétexte la baisse des effectifs pour essayer de justifier une politique budgétaire définie depuis le mois d’octobre 2017, par une baisse du budget de l’éducation nationale et par la suppression de 2600 postes de professeurs du secondaire.

Pour pouvoir continuer la mise en place de la réforme au CP (12 élèves par classe) le ministère a décidé de redéployer globalement les moyens entre le second degré et le premier degré. La Martinique est largement lésée par cette politique de globalité, alors que nous militons depuis plusieurs années pour une plus grande prise en compte de nos critères spécifiques. Quid de notre demande de reconnaissance en tant que « zone rurale » et non « zone urbaine » !

Si la réforme du CP nous parait être une bonne chose, cependant elle ne peut pas être réalisée en mettant en difficulté le collège en pleine réforme et les différents lycées.

Parmi les conséquences on peut citer :
– La suppression de classes et divisions en collège
– La fermeture de sections et filières au niveau des lycées en particulier pour les LP.
– L’augmentation des effectifs par classe
– La dégradation des conditions de travail
– La diminution du vivier des titulaires, avec l’augmentation des affectations forcées des stagiaires vers des
académies hors de la Martinique. Nous devons garder nos enseignants néo-titulaires et ex-contractuels à la Martinique car trop de disciplines deviennent déficitaires.

La FNEC FP FO avec le SNETAA FO et le SNFOLC vont se mobiliser dès le début du mois de janvier 2018 contre cette nouvelle saignée programmée par le nouveau ministère de l’Education nationale.

Il ne faudrait pas que l’administration rectorale prenne le relais de cette commande ministérielle pour continuer de démanteler notre système éducatif.
Il est temps que tous les partenaires du système éducatif se mobilisent autour de la problématique récurrente des suppressions de moyens et les conséquences que cela entraine.

Si nous ne réagissons pas, nous serons tenus responsables par notre jeunesse, d’avoir manqué de courage et d’initiative pour notre territoire.

Communiqué de la FNEC FP FO Martinique