La France se meurt et les Antilles françaises avec…!

« La France se meurt et les Antilles françaises avec… » Tribune par Jean-Marie Nol, économiste :

Halte au feu ! Il est vrai que cette fois-ci la consigne de la classe politique française était claire: “ les terroristes on va les terroriser ”. Ça m’a rappelé des souvenirs! … Pour l’heure, nous n’en sommes pas là.

L’ ivresse des mots, comme ceux prononcés par le chef de l’Etat à la Sorbonne lors de l’hommage à Samuel Paty, a longtemps placée la France hors de la réalité, et nous sommes en train de l’apprendre à nos dépends. Pour exemple, les médias écrivent régulièrement : « selon la formule prêtée à l’ancien président de la République, François Mitterand, , « on ne sort de l’ambigüité qu’à son détriment ». Elle renvoie à l ‘ambiguïté , à la dissimulation du mal par les hommes politiques à une période très récente . L’auteur en est le Cardinal de Retz, qui voulait chasser le cardinal Mazarin du pouvoir et empêcher que s’installe un despotisme d’État. Selon nous, si rien ne bouge, ce despotisme est déjà virtuellement sur une rampe de lancement en France, à horizon de la prochaine décennie, avec le terrorisme. Le grand danger réside désormais dans l’affaissement des valeurs de la société française.

« La France se meurt . Jeune homme ne troublez pas son agonie ». On connait le mot adressé par Renan au jeune Barrès. Ne serait-on pas tenté de le redire ou de le paraphraser pour ce qui concerne la situation sécuritaire mis à mal aujourd’hui par le terrorisme. Il y a quelque chose de pathétique à voir les conséquences du déni de réalité qui s’est installé subrepticement depuis des lustres en France.

Aujourd’hui , le pays est devenu un vaste bureau de pleurs et de plaintes corporatistes ! ( salariés , personnel soignants, enseignants, minima sociaux ,agriculteurs ,artisans , chefs d’entreprise )

Avec le recul, et la propension peut-être à idéaliser le passé, on se dit que, malgré tout, avant , les choses étaient plus simples , alors les idéaux paraissaient mieux définis, les choix mieux établis, les espérances mieux ressenties.

Aujourd’hui le désenchantement s’est généralisé. Ce n’est pas l’apanage de la Guadeloupe et la Martinique seules . La France et les autres peuples d’Europe éprouvent le sentiment de ne plus maîtriser leur destin.

Ils ont à faire face à des problèmes qui s’additionnent et les submergent. L’emploi fuit plus rapidement que les gains d’un salarié, l’abbé Pierre a des disciples pour reprendre son appel au
logement pour des sans-abri et sans-papier toujours plus nombreux , l’endettement est abyssal , l’insee dans une étude récente démontre que les pauvres deviennent plus pauvres et les riches plus riches , l’insécurité grandit , nourrie par la misère , la drogue , l’immigration, l’islamisme, et la perte des valeurs qui génèrent la violence.

On pourrait continuer à l’infini. La question de l’immigration, du communautarisme, du prosélytisme de l’islam et de la pensée décoloniale est au cœur du désarroi de la société française . L’éducation nationale est en crise et les enseignants désabusés .La cohésion nationale est menacée par une immigration incontrôlée et un terreau de l’islamisme favorable au terrorisme .C’est là tout l’enjeu du débat public aujourd’hui. La France saura-t-elle oser des solutions très audacieuses, à la hauteur des menaces ? Des stratégies à court, moyen et long terme comme l’a laissé ouvertement entendre Emmanuel Macron .

Tout ceci bien entendu n’est pour certains esprits chagrins que projection somatique pour un avenir incertain. Désormais comment se protéger ?

Car, en fin de compte, seul le retour de l’autorité parentale et de la fermeté de l’Etat, nous incitera à la tolérance et à l’humilité, et nous protégera peut-être de la barbarie humaine .
Mais pour l’heure, quant sera-t-il d’un avenir né d’un présent où les peuples voient les politiques qui les gouvernent non seulement impuissants devant les faits économiques et sociaux mais également tétanisés par l’enjeu sécuritaire . Le désarroi de nos dirigeants est palpable, car nous assistons à un nouveau partage du monde. L’Europe compte de moins en moins et la France est déjà sur le déclin .

Le péril est économique et donc par conséquence social et sociétal . Personne ne parait en mesure de le conjurer ( notamment pour ce qui concerne la sécurité) ni de vouloir établir devant lui des barrières protectrices. Si demain, après-demain, le monde politique avait le courage de se ressaisir, il n’est plus sur qu’il retrouverait la confiance aujourd’hui évanouie.
Cela viendra peut-être un jour. Quand on aura fait le tour d’une société folle, autodestructrice, qui nous enferme tous, chacun, dans une terrible solitude, dans un néant mesquin, dans une consommation industrielle désastreuse, qui détruit la nature mais aussi par voie de ricochet la raison humaine et transforme l’être humain en un artefact.

Mais que sont devenus nos institutions et nos principes fondamentaux dans une société où la crise sanitaire, économique et sociale ébranle la cohésion sociale et où règneront bientôt en maître, les inégalités et les discriminations, où le communautarisme religieux menace, et où la laïcité, l’école et la liberté , sont en danger ?

Déjà après tant d’autres, un homme qui s’appelait, Samuel Paty, est mort de la barbarie humaine parce qu’il a tenté de combattre l’obscurantisme . Cet événement morbide doit nous interpeller à plusieurs titres . Que reste-t-il aujourd’hui de cette vitale et nécessaire perception d’un meilleur cadre de vivre ensemble ?

Rien, sinon que des poussières de mots et des nuages de discours, vite dissipés par le souffle du projet du vivre ensemble aujourd’hui vide de sens. Le paraître a pris le pas sur l’être en France , et la confiance , l’effort , la rigueur et l’autorité ne sont plus de mise ; c’est la plus grande malédiction que peut toucher un pays, car le ver est déjà dans le fruit . Qui sait de quoi l’avenir sera fait ?

En effet non seulement la crise sociétale s’approfondit, mais en sus, l’économie française dissimule de redoutables failles. Selon l’Insee , la consommation des ménages et les investissements des entreprises sont en berne. Les échanges extérieurs sont en net recul et le marché du travail souffre lui aussi de la contraction de l’économie.

Les entreprises interrogées par l’Insee anticipent d’ailleurs une très sérieuse baisse d’activité pour l’année 2020.

Mais ces mauvaises nouvelles cachent une terrible réalité d’arrière-scène : tout cela ne marche que par endettement. Etats, entreprises, ménages se ruent sur les emprunts. Les taux sont à zéro, endettez-vous ! Endettez-vous !

Des entreprises qui ont par ailleurs recouru massivement au PGE pour faire face à la crise. Par parenthèse, la France est le pays qui a le taux d’endettement des collectivités locales le plus élevé de toute l’Europe.

Quant aux entreprises , beaucoup d’entre elles foncent vers une crise des créances douteuses . Tout cela n’est pas rassurant. Et rien ne se passe vraiment dans un sens positif pour la France , mais l’orchestre du Titanic avec pour chef d’orchestre Emmanuel Macron continue de jouer. La relance de l’économie est certes bien financée par l’Etat et les régions mais elle fait illusion et la fragilité du système ne cesse de croître.
Ce système est intrinsèquement instable : la crise de la dette ira de bulle en bulle, l’économie de crise en crise. Le ratio dette/PIB s’élève dans toute la sphère économique mais sans traduction dans l’investissement qui, au contraire, se rétracte et manque pour reconstruire les solides fondements de la croissance d’antan des trente glorieuses .

Derrière la vitrine d’une économie sous perfusion des aides de l’Etat se cache une menace que personne ne veut soupçonner : collectivités locales , entreprises, ménages recourent à l’endettement au-delà du raisonnable. L’arrêt brutal des créations d’emplois avec la crise du Covid 19 et le chômage partiel pèsent sur le pouvoir d’achat des ménages, dont la consommation est plus que jamais financée par l’endettement, grâce à une politique monétaire particulièrement accommodante. En même temps, le spectaculaire basculement des finances des collectivités locales vers le déficit se traduit par un énorme flux d’emprunts, désormais principalement alimenté par la politique de relance de l’Etat français : ce circuit de financement ne peut pas se poursuivre très longtemps.

Il faut désormais s’interroger sur la pertinence de la politique menée depuis des décennies en France . Quand l’obscurité s’installe, il faut chercher quelques rayons de lumière et s’en servir pour éclairer son chemin. Or «une France léthargique et immobile pourrait bien se retrouver au centre de la prochaine crise de la zone euro», prévient le magazine The Économist.

Alors, vivement demain, la fin du déni de réalité en France !

Mais avec ce fameux déni de réalité, ne sommes nous pas de fait aujourd’hui déjà confrontés à l’illusion d’un monde meilleur ?

Le déni de réalité et le déni d’humanité ne peuvent évidemment pas fonder une bonne politique pour l’avenir de la France.
Nonobstant les mots éculés , où est le projet de rupture ? Où est l’autorité qui permettra d’imposer au pays les changements économiques et sociaux, et la protection en matière de sécurité, dont il a besoin, sans précipiter tout le monde dans la rue et mettre la France au bord de la guerre civile ?

Comme d’usage, nous invitons nos lecteurs à méditer ce proverbe créole :
« Adan sak chabon, ou ka touvé enki pousyè » . (Dans un sac de charbon on ne peut trouver que de la poussière)….Il ne faut pas se faire d’illusions sur les choses ou les gens.

Jean marie Nol économiste