La manager martiniquaise du chanteur Kessy (non-voyant), brutalement congédiée sans préavis ni salaires après plusieurs mois de travail

« J’avais un regard protecteur, je l’aimais comme un frère », Stéphanie Lindsay Velaye est en colère et triste, la manager se dit flouée après avoir fait confiance au chanteur non-voyant, Ribe Kasey alias Kessy, qui, grâce à son soutien, s’est fait connaître à l’International, sur les réseaux sociaux. Avec plus de 2 Millions de Vues, le chanteur à succès la remercie sans ménagement. La jeune femme tente de refaire surface mais sans contrat et sans ressources, la mère de famille est en détresse. Elle s’est confiée à People Bokay. « Non ! Kessy n’est pas une victime, il est très stable dans sa tête ».

Blessée et méprisée par son ancien protégé, Stéphanie Lindsay Velaye, sans ressources, revendique son droit au chômage et des réajustements de salaires. L’ancienne manager demande qu’il signe son contrat rédigé en braille et que le chanteur lui verse son solde de tout compte.

Vous l’avez souvent remarquée, en compagnie du chanteur Kessy, portant tantôt sa canne, tantôt son enceinte pré-amplifiée, véhiculant l’artiste caribéen dans les rues de Paris et d’ailleurs, son fils de quatre ans accroché à ses bras. Durant plusieurs mois, Stéphanie Velaye était la béquille de celui qu’elle « considérait comme un proche », raconte t-elle. Présente dans tous les Live Facebook ou dans les rues, lieux de prédilection du chanteur originaire de Sainte-Lucie.

Kessy est une véritable vedette des rues, ses prestations attirent les passants curieux et ravis de ses performances vocales. Ses fans ( Angleterre, Belgique, Brésil, États Unis, Maroc ou Suisse) se comptent par milliers sur les réseaux et ses Live Facebook se chiffrent à des millions de vues.

Stephanie Velaye explique comment elle a construit ce réseau incontournable aujourd’hui, pour la star émergente :

« J’ai repris sa page Facebook qui est passée de 10 000 à 67 000 abonnés. Je lui ai crée un concept de Vidéo Live sur son compte Facebook où 2 vidéos ont atteint les millions de vues ! J’ai travaillé sa communication, trouver des contacts par téléphone ou via les Réseaux sociaux (fans, producteurs, organisateurs d’événements, médias), pour lui créer une image d’artiste crédible et qu’il chante ailleurs que dans la rue ! »

La jeune Stéphanie revient sur le chemin parcouru pour aider l’artiste non-voyant :

« J’ai rencontré Kessy il y a un an et demie en Martinique et nous avons commencé à travailler ensemble en Novembre 2017. Quand je l’ai retrouvé sur Paris, il ne chantait que dans les rues, à la Gare du Nord, à Châtelet. Kessy avait chanté en tourné dans le Sud en 2017 et vivait d’hôtel en hôtel ! Arrivant de la Martinique avec mon fils de 3 ans et le voyant chanter avec ce potentiel dans la rue, comme je le connaissais. Je lui proposé de l’aider. C’était mon ami et on était sur le même bateau. Je me suis sacrifiée car il n’avait pas trop de ressources à cette époque, nous avons démarré une aventure professionnelle épatante »

Mais, la manager de l’interprète Kessy, né Ribe Kasey à Sainte-Lucie (une ‘île située au Sud de la Martinique), est, depuis dimanche 19 août 2018, violemment mise à l’écart par celui qu’elle appelle « mon ami ».

Si Kessy a une préférence pour interpréter (avec succès) des standards de la musique Soul ou Pop américaine, (ces pourboires lui rapportent plus de 200 euros par jours ) note Stéphanie, le chanteur qui souffre d’handicap visuel, est depuis 2015, en « contrat » avec le producteur Cédric Sorel. « Il s’apprête à signer avec Sunrise Event qui aujourd’hui investit beaucoup pour Kessy ! » rappelle l’ancienne manager du chanteur qui programmait des concerts dans toute la France.

« Au mois de juillet dernier, je l’ai emmené à l’avant première de Makassy à Grisolles (Tarn-et-Garonne) et démarré une tournée de chants dans le sud. Nous sommes partis en voiture le 5 juillet et je l’ai conduit à Toulouse, Argeles, Montpellier, Cannes, Marseille et Barcelone, je l’ai accompagné et fais des directs Live, j’ai pu le mettre en contact avec des personnes potentiellement intéressées par lui »

« Dès notre retour sur Paris, le 17 août 2018, Kessy a décidé deux jours plus tard, d’arrêter notre collaboration », confirme désespérée Stéphanie Lindsay Velaye.

Pour l’aider à devenir autonome, Stéphanie le forme (via des applications) et l’artiste prend le contrôle de ses comptes bancaires.

« Je lui ai aussi rédigé un contrat d’artiste car je pensais avoir fais mes preuves et qu’on devait être en règle. Ce contrat, je voulais qu’il soit fait en braille. J’ai toujours voulu que Kessy soit indépendant, même s’il est non voyant !  J’ai espéré pendant huit mois qu’il signerait ce contrat qui m’assurait mes indemnités, si nous devions cesser notre coopération », précise la jeune martiniquaise.

« J’étais surprise d’apprendre qu’il ne parapherait rien, refusant de reconnaître mon travail auprès de lui ». Selon Kessy, Stéphanie recevait un salaire suffisant, lui-même s’investissait largement pour sa carrière.

Stéphanie Lindsay Velaye n’est pas seulement inquiète pour celui qu’elle protégeait mais elle pense avoir été trahie et trompée, soupçonnant que de nouvelles connaissances abusent de l’artiste des rues, confie la jeune antillaise qui semble désespérée.

Une affaire qui s’annonce compliquée, l’artiste Kessy n’est plus joignable et ne répond plus au message via son compte Facebook.

« J’ai un métier que j’ai mis en stand by (graphiste free-lance) et un fils en bas-âge. Pendant 11 mois j’ai travaillé, en touchant un maigre salaire et il est injuste que je me retrouve dans une situation extrêmement précaire, sans aucune reconnaissance et sans le sous », conclut Stéphanie Lindsay Valaye.

Propos recueillis par Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C ‘news Actus Dothy

Images C’news Actus Dothy