La martiniquaise Chantal Clem et son discours inspirant sur « la quête identitaire» des populations noires

Chantal Clem est une de ses femmes antillaises respectées et admirées pour ses prises de position engagées, ses actions culturelles et son éloquence qui fait mouche.

Ce samedi 12 octobre 2019, c’est devant plusieurs écrivains et amis de la Plume Antillaise et d’Ailleurs que la martiniquaise a pris le micro pour interpeller sur Toni Morrison, héroïne du jour, Prix Pulitzer et Prix Nobel de la Paix. Le nom de l’afro-américaine qui est sur les lèvres en cette fin d’année 2019 est celui de cette femme qui a su magistralement célébrer l’histoire des Noirs dans toute son authenticité, a déclaré l’intervenante antillaise Chantal Clem.

Décorée par Barack Obama, saluée unanimement par la presse du monde entier, Toni Morrison a su décrire dans ses romans et essais, les douleurs, les attentes et les espoirs d’une communauté noire, toujours en plein questionnement identitaire. Toni Morrison est décédée cet été, le 5 août 2019 à l’age de 88 ans. Elle a écrit 11 romans, dont le plus connu est Beloved.

Chantal Clem a ce point commun avec la romancière afro-américaine, celui de « célébrer l’histoire des Noirs dans toute son authenticité ». Et parmi les thèmes qu’abordent Toni Morrison, la question de l’errance divise la communauté depuis toujours, affirme Chantal Clem, au point où différents courants s’opposent encore. La fondatrice de « Figures des Femmes des Outre-mer » est intervenue dans le débat soutenu par Claudine Seymour, spécialiste de l’histoire américaine et d’Éléonore Bassop.

Femme caribéenne, Chantal Clem découvre les écrits de Toni Morrison en 1992 et ne la « lâche plus ». « Une écriture compliquée et un langage fort », expriment l’immense talent de l’écrivaine, dans la voix de Chantal Clem. « C’est l’Amérique profonde qu’elle raconte dans tous ses romans » affirme la martiniquaise qui atteste que «chaque livre est comme un boomerang» qui lui a donné l’envie de découvrir toute la bibliographie de Chloe Ardelia Wofford Morrison, le vrai nom de Toni Morrison.

« L’œil le plus bleu », The Bluest Eye (éd. Plume) paru en 1970 et réédité en 2005, interroge sur nos origines « d’où l’on vient ? ». Et sur ce thème de l’errance, samedi 12 octobre, la fondatrice de « Figures des Femmes des Outre-mer » a superbement expliqué son point de vue en portant un éclairage sur la pensée de Toni Morrison. « A la recherche de ses racines » ou l’errance dans les romans de Toni Morrison à la Plume Antillaise qu’organisé Micheline Lezin, responsable de l’APTOM à Paris :

Chantal Clem analyse l'oeuvre de Toni Morrison (C'news Actus Dothy)

MARTINIQUE – CARAÏBE – AMERIQUE – LITTERATURE : «A la recherche de nos racines», «D'où l'on vient ?». L'année 2019 est l'année du Retour vers l'Afrique pour de nombreux afrodescendants. Seulement le Retour en Afrique (Back-to-Africa) qui est apparu aux États-Unis au XIXe siècle, posent la question de l'ERRANCE d'un peuple, dispatché aux quatre coins du monde …

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Jeudi 24 octobre 2019

Chantal Clem prépare à Paris le concert de lancement de « Figures des Femmes des Outre-mer » (FFTOM). L’événement musical qui recevra sur scène le groupe antillais Malavoi, se déroulera au Grand Rex, le 25 mars 2020 à partir de 20H.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy