La martiniquaise Jenny-Jo Lawson veut recréer un « lien fort » entre les Antillais et l’Afrique grâce à la JIFA

« Les Antillais doivent se sentir aussi bien en Afrique que je me sens bien aux Antilles », telle est la volonté de Jenny-Jo Lawson, la co-fondatrice de la Journée Internationale de la Femme Africaine (JIFA Celebration).

Jenny-Jo Lawson

1962. Au lendemain de l’indépendance de leurs pays, les femmes du continent africain ont décidé de se rassembler et de s’unir au sein d’une seule et grande association pour défendre leurs droits. En dépit des fractures ethniques, des barrières de langues et des opinions politiques de tout bord, la militante féministe Awa Kéita a fondé la JIFA.

Pour la première fois, sur le continent noir, des femmes africaines se retrouvaient autour d’une réunion majeure, la « Conférence des Femmes Africaines (CFA) ». Une rencontre annonciatrice d’une volonté des femmes subsahariennes de participer au changement et à la reconstruction de leurs régions. Des pays d’Afrique prétendument pauvres et misérables.

Membres et invitées de la JIFA  Celebration – 3 août 2019

L’émancipation de toutes ces femmes d’ascendance africaine était en marche.
C’était le 31 juillet 1962, à Dar es Salam, dans un ancien village de pêcheurs de Tanzanie, devenue aujourd’hui, une grande ville, dotée d’un port commercial important sur le littoral de l’océan Indien.

Véronique Diarra (Romancière) et des invitées de la JIFA

Après plusieurs belles années de rencontres et de travaux méritants, la journée Internationale de la Femme Africaine n’était plus qu’un souvenir de la période militante des années 1960. Dès lors, trois femmes ont voulu récemment, redonner sa place à la JIFA, en célébrant tous les 31 juillet, la Journée des femmes africaines et d’ascendance africaine dans le monde entier. Parmi les co-fondatrices de ce nouveau JIFA Celebration, deux femmes sont d’origine africaine, telles Nara Mangue et Nina Biyogue du Gabon et la troisième, Jenny-Jo Lawson née à Paris, est de la Martinique.

Jenny-Jo Lawson – Coach – Co-fondatrice de JIFA Celebration

Au sein de la JIFA, l’antillaise rêve de créer un lien fraternel entre les Antillais et les Africains, afin dit-elle de leur permettre de travailler ensemble. L’objectif, explique Jenny-Jo Lawson : « Que les Antillais se sentent aussi bien en Afrique que je me sens bien aux Antilles ». Coach africain, comme elle se définit, la martiniquaise prend à cœur cette responsabilité de remettre sur pied, une association dont beaucoup de femmes africaines ou antillaises connaissent très peu l’existence.

Aussi, la célébration annuelle qui se déroule le 31 juillet, est une occasion de montrer au grand jour le rôle d’une telle organisation : Accompagner, soutenir, relayer, promouvoir les projets de femmes dans toute l’Afrique. Si exceptionnellement, la JIFA en France a célébré la Journée de la femme autour d’un grand pique-nique le samedi 3 août, plusieurs régions ont tenu a commémorer cette journée à sa date d’anniversaire. Le 31 juillet 2019, du Bénin, de Belgique ou du Sénégal, plusieurs actions ont été entreprises dans les villes de Cotonou ou de Dakar, parrainées souvent par des organisations humanitaires.

En France, à l’initiative de Jenny-Jo Lawson, la démarche était conviviale mais constructive. Des romancières, des avocates fiscalistes internationales, des sage-femmes ou cheffes d’entreprises ont décrit leurs expériences diverses. Face à des militantes jeunes et moins jeunes, il s’agissait d’expliquer leurs démarches professionnelles souvent semées d’embûches entre discriminations, racisme ou misogynie. Quoiqu’il en soit, la réussite est souvent au rendez-vous et ces femmes noires invitées par le collectif JIFA Celebration, ont démontré, ce samedi 3 août, qu’elles ont les outils et la volonté de se positionner dans tous les domaines qui les inspirent.

Aujourd’hui, les chiffres attestent des avancées conséquentes dans la lutte des femmes noires :  Le taux de l’entrepreneuriat féminin est plus élevé en Afrique que dans toute autre région du monde. Le Rwanda détient le plus fort taux de représentation féminine dans son parlement. Le taux de scolarisation en primaire a beaucoup grimpé pour les filles. Mais d’énormes progrès restent encore à faire sur le continent noir avoue le collectif militant de femmes d’ascendance africaine.

Nara Mangue et l’avocate fiscaliste Afra Gyekye du Ghana et qui vit en Allemagne

La 58ème édition est en route. Les organisatrices prévoit une célébration sur trois jours avec un gala le vendredi 31 août 2019 et un Salon le samedi 1er et le dimanche 2 août 2020.

Fanta Canot, une doula qui accompagne les femmes enceintes

Jenny-Jo Lawson, Nara Mangue et Nina Biyogue se donnent pour mission de faire connaître à tous, la « journée du 31 juillet » et de « mettre en avant des femmes illustres de la diaspora et de relayer les initiatives autour de la JIFA ».

Rencontre au parc de Sceaux avec Jenny-Jo, une des co-fondatrice du collectif JIFA Celebration  :

Jenny-Jo Lawson et la Journée Internationale des femmes noires (C'news Actus Dothy)

ANTILLES – AFRIQUE – ÉMANCIPATION : Elle est co-fondatrice d'un collectif qui a un rôle un majeur dans l'émancipation des femmes d'ascendance africaine. RENCONTRE avec JENNY-JO LAWSON, une femme, activiste, coach et co-fondatrice de la Journée Internationale de la Femme Africaine – JIFA Celebration. Dorothée Audibert-Champenois. C'news Actus Dothy Antillesboxmail – Dothy Jenny Jo Lawson La JIFA – Journée Internationale de la Femme Africaine Célina Mmu Véronique Diarra

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Jeudi 15 août 2019

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


Images C’news Actus Dothy