La Martinique sous le choc des dégâts considérables liés aux intempéries : Une facture estimée à 10 millions d’euros

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Les pluies diluviennes qui déferlent sur la Martinique depuis déjà onze jours ont provoqué des dégâts matériels considérables sur l’île dont la facture, jugée « lourde », est déjà estimée au minimum à 10 millions d’euros par la CTM.

« Nous avons fait estimer le coût des dégâts causés au patrimoine de la CTM. La facture, en première estimation, sera lourde pour la Collectivité. Montant provisoire : 10 Millions d’euros ! » annonce Daniel Marie-Sainte, Conseiller exécutif en charge des infrastructures à la Collectivité territoriale de la Martinique.

Ces pluies diluviennes « du 6 au 15 novembre 20020 » ont dévasté des quartiers, provoquant des « sinistres » sur les résidences de plusieurs Martiniquais, les locaux d’entreprises ou encore le patrimoine de plusieurs communes, précise-t-il, soulignant que la CTM a également subi des dommages.

Aucune victime n’est à déplorer, mais la vision apocalyptique des quartiers sinistrés dont les vidéos circulent sur la Toile a choqué les habitants.

« Dramatique : toute la zone comprise entre la faille supérieure et la mer glisse inexorablement vers l’océan Atlantique !!! », poursuit lundi, Daniel Marie-Sainte, sur sa page FB, commentant des photos de la RN1 à Fonds Saint-Jacques.

« Notre engagement est total auprès de l’ensemble des communes sinistrées et de leurs habitants » déclare pour sa part dans un communiqué, Alfred Marie-Jeanne, Président de la Collectivité Territoriale de la Martinique dans lequel il salue « l’entraide des Martiniquais ».
Il demande que soit reconnu l’état de catastrophe naturelle pour les communes sinistrées. Le président de la CTM a programmé une rencontre ce lundi 16 novembre avec les maires concernés du Nord Atlantique afin de mettre en oeuvre un plan d’urgence.

Mais l’inquiétude ne cesse de grandir au sein de la population martiniquaise choquée par les images circulant sur la Toile, montrant en direct des routes s’effondrant, de spectaculaires glissements de terrain, des maisons accrochées au bord du vide, des rivières en crue, des inondations ou encore des routes barrées.

La Martinique toujours en vigilance orange : la situation est loin d’être stabilisée, une nouvelle onde étant prévue mardi

Et la situation est loin d’être stabilisée car les sols sont saturés d’eau et Météo-France ne prévoit pas d’accalmie dans l’immédiat.

La Martinique est en effet repassée en vigilance « orange »de fortes pluies et orages dans la nuit de dimanche jusqu’à lundi matin.

Les pluies de forte intensité́ apportent des cumuls de 40 à 70 mm en moins de 3 heures, souligne Météo France. Celles-ci seront fréquentes et localement orageuses. Des cumuls supplémentaires de 50 à 100 mm en quelques heures sont également possibles, ajoute Météo-France.

Au cours de la matinée de lundi, les pluies seront moins fréquentes, mais l’amélioration prévue dans l’après-midi sera de courte durée. Une nouvelle dégradation pluvieuse est prévue pour la journée de mardi, avec le passage d’une nouvelle onde tropicale.
Les bulletins météo se succèdent entre accalmie et reprise du phénomène de fortes pluies et d’orages.

Au final, c’est toute l’île qui est concernée, en raison de la fragilité des sols, car la sévère sécheresse de ces derniers mois contribue à amplifier le phénomène de glissements des terrains.

Les pluies torrentielles ruissellent directement vers les cours d’eau, la terre saturée ne pouvant absorber ces abondantes quantités d’eau.
Résultat, le sol se dérobe dangereusement dans de nombreux endroits et les habitations menacent de s’effondrer.

A Sainte-Marie, par exemple, où les scènes de désolation se multiplient, des habitants sinistrés sont contraints de fuir leurs maisons qui menacent de s’écrouler ou de terminer dans le vide.
Les irréductibles sont de plus en plus conscients du danger et certains concèdent à faire leurs bagages et à quitter les lieux.

C’est le cas au Quartier Fond Saint Jacques où la faille dans la RN1 s’élargit de jour en jour. Au Quartier Reculée, les habitants attendent l’ordre imminent d’évacuation des pompiers.
Ceux qui ne se font plus guère d’illusions sur leur sort, font déjà leurs cartons, la mort dans l’âme, par crainte de ne plus pouvoir accéder à leur domicile, une fois les lieux évacués par les autorités.

Les coupures d’eau amplifient le stress de la population

A cela s’ajoutent des coupures d’eau, suite à des ruptures de canalisations alimentant les usines de traitement de distribution d’eau potable de la Martinique.
La forte pression de l’eau a fait céder des conduits de distribution et d’autres ont été coupées pour éviter des dégâts collatéraux.

La Société martiniquaise des eaux (SME), qui connaissait déjà des problèmes de distribution d’eau bien avant ces épisodes de pluies torrentielles, se trouve débordée.
Les techniciens de la CTM tentent quant à eux de rétablir au plus vite l’eau courante, utilisant parfois des « tuyaux volants » en raison de l’instabilité des sols.

A Sainte-Marie, au Lorrain ou encore à Marigot, l’eau a pu être rétablie pour 4.000 foyer. Un retour à la normale est prévu progressivement, selon les quartiers, entre le lundi matin 16 et mardi 17 novembre, prévoit la SME.

Dimanche 15 novembre, l’opérateur Odyssi a annoncé que l’interconnexion « 4 croisées » Acajou est « fonctionnelle et le débit d’alimentation montera en puissance au fur et à mesure afin d’alimenter tous les abonnés de la branche « Belème ».

« Actuellement, le réservoir de Palmiste est en remplissage. Les abonnés des points bas sont déjà alimentés », souligne l’opérateur selon lequel le réservoir de Morne-Pavillon sera également alimenté.

« Notre objectif d’alimentation de tous les abonnés de la branche Belème devrait ainsi être atteint d’ici lundi matin », assure-t-il.

Les écoles resteront fermées dans les communes sinistrées et affectées par des coupures d’eau

Plusieurs communes du nord Atlantique concernées par les intempéries ont décidé de ne pas rouvrir leurs écoles ce lundi 16 novembre 2020.

A Sainte-Marie et au Marin les écoles primaires et élémentaires resteront fermées. Au Robert, les écoles élémentaires Léo Adelaide de Fonds Brulé, Robert Platon de Duchesne et Edgard Labourg de Four à Chaux seront également fermées.

La mairie du Lamentin a lui aussi décidé de maintenir la fermeture de sept écoles en raison des coupures d’eau.

Il s’agit de la maternelle de Basse-Gondeau, la maternelle et l’école élémentaire de Long-Pré, les écoles élémentaires Gondeau « A » et « B », la maternelle Arc-en-Ciel d’Acajou et l’école primaire de Croix Rivail.

A Trinité, la municipalité maintiendra les portes de la crèche Frégate et de toutes les écoles maternelles fermées jusqu’à nouvel ordre.

Au François, la municipalité étudiera la situation au cas par cas, en tenant compte de l’approvisionnement en eau.

En attendant, les écoles restent fermées.
A l’inverse, au Marigot, les écoles seront rouvertes. Idem au Gros-Morne où les maternelles de La Fraîcheur, mixte A et C, Bois-Joli, Dumaine et Rivière-Lézarde ouvriront normalement, sauf celle du Glotin qui ouvrira « à une date ultérieure », indique la mairie.