La mort du pépiniériste Serge Burnet dans un incendie à Trinité, enfin élucidée

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Faits Divers, Martinique, Martinique
Mots clés :

Après cinq mois d’enquêtes, la mort du pépiniériste Serge Burnet dont le corps calciné avait été découvert, en décembre 2019, à son domicile à Trinité est enfin élucidée. Il s’agit d’un assassinat commis par son ancien salarié, âgé de 19 ans, rapporte le journal France-Antilles.

Le suspect et ses parents, que les enquêteurs soupçonnent d’avoir caché des preuves, ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire.

En décembre 2019, Serge Burnet, 69 ans, était retrouvé calciné à son domicile, ravagé par un incendie. Le corps calciné n’avait pas permis une identification immédiate et des investigations sur la base de test ADN avaient alors été nécessaires.

A l’issue de nombreuses et minutieuses investigations, une vaste opération de police judiciaire dans laquelle a été engagée une trentaine de militaires de la gendarmerie nationale, a permis d’interpeller et de placer en garde à vue plusieurs personnes dont le principal suspect, rapporte France-Antilles.

Il s’agit d’un jeune homme de 19 ans résidant à Sainte-Marie, ancien employé de la victime, explique France-Antilles. Le jeune homme a reconnu avoir donné la mort à la victime en lui portant un coup de ciseaux à la carotide, avant de mettre le feu au domicile pour effacer toute preuve, puis de prendre la fuite à bord du véhicule de la victime, ultérieurement incendié, précise le journal.

Le jeune homme a été présenté jeudi après-midi au magistrat instructeur, mis en examen des chefs d’assassinat et de destructions de biens par un moyen dangereux pour les personnes puis placé en détention provisoire. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Les investigations des enquêteurs ont également permis de mettre en cause les parents du suspect qui ont été placés en garde à vue, ajoute le journal. Selon le parquet, ils sont suspectés d’avoir exercé une pression sur un témoin à qui leur fils s’était confié.

La mère est également suspectée d’avoir modifié la scène de crime ou des éléments de cette scène pour couvrir son fils. Ils ont été présentés au juge d’instruction, mis en examen et placés sous contrôle judiciaire.

Il appartient maintenant au magistrat instructeur de poursuivre ses investigations, notamment s’agissant du mobile de ce meurtre, précise France-Antiles.

Dans un communiqué, Renaud Gaudeul, le procureur de la République se « félicite de l’avancée rapide de cette enquête, dans une affaire criminelle complexe. » Il ajoute que : « Force est de constater qu’après la période de confinement qui a ralenti la progression des opérations de police judiciaire, magistrats et services d’enquête de la Martinique redoublent actuellement leur activité judiciaire, permettant l’élucidation de nombreux dossiers criminels. »