La nounou qui a torturé la petite Arnella toujours pas fixée sur son sort

Vues : 7841

Elle a plaidé coupable. La nounou à l’origine des actes de barbarie perpétrés sur la petite Arnella, 18 mois, a plaidé coupable lors d’une audience qui a eu lieu ce lundi 08 décembre, à Kampala. Jugée en première instance, le verdict devait être prononcé ce mercredi 10 par le Tribunal, mais au dernier moment son dossier a été transféré à Buganda et son audition à nouveau ajourné.

Dévoilée dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux ces derniers jours, la jeune femme de 22 ans qui avait suscité la colère de nombre d’internautes à cause du traitement qu’elle infligeait à la petite fille dont elle avait la charge, comparaissait donc ce lundi matin devant le tribunal de Kampala, en Ouganda.

Apparue calme et réservée au tribunal de Kampala ce lundi matin, vêtue d’un chemisier  jaune et bleu, Jolly Tumuhirwe a donc plaidé coupable à l’accusation de torture prononcée à son encontre, implorant le pardon de la cour, des parents de la petite Arnella, de la Nation et de tous ceux à qui ces actes ont laissé un goût amer.

Jugée en première instance, l’affaire devait être reprise ce mercredi matin. Le Procureur avait en effet demandé aux forces de l’ordre un complément d’enquête afin de réunir un maximum de preuves avant de prendre toute décision et de prononcer un verdict.

Selon les experts, la jeune femme ne présente aucun trouble psychique. Quant à la petite Arnella, elle ne souffre d’aucune séquelle physique majeure, selon la presse ougandaise qui a qualifié la vidéo, vue des millions de fois et largement partagée sur les réseaux sociaux, de «glaçante» et «très dérangeante».

L’audience a donc été à nouveau renvoyée.  Jolly Tumuhirwe devra comparaître mardi 16 décembre devant le Tribunal de Bugunda. Le « plaider-coupable » au Tribunal de Kampala a été annulé car jugé illégal expliquent les médias Ougandais. En attendant elle reste en détention provisoire et risque 15 ans de prison.

Photo : Daily Monitor

 


5 commentaires :

  1. comte

    J’espère que cette ordure d’écervelée paiera cher de ses actes horribles envers la petite.
    Qu’on la pende cette ordure

  2. Alfred Capone

    si les parents de la petite pouvaient me la confier pour un jour, elle regrettera d’être née cette vermine

Les commentaires sont fermés