La pénurie d’eau guette l’ensemble de la Martinique, chacun devra s’équiper d’une citerne

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

La baisse alarmante du niveau des rivières, consécutive à la sécheresse historique qui sévit en Martinique fait craindre à court terme une pénurie d’eau sur l’ensemble de l’île.

Mercredi 20 mai, le maire du Gros-Morne n’y est pas allé par quatre chemins, en mettant en garde tous ceux qui pensent encore que c’est irréel. «Il y a un risque de pénurie dans les jours, les semaines à venir (….) La situation est plus que grave », a lancé Gilbert Couturier devant la presse où il a fait état « de rivières à secs » dans sa commune.

Du jamais vu dans cette commune qui détient une grande partie des ressources naturelles qui alimentent en eau potable la population.
« Si je n’ai pas cru à la réalité, la réalité m’a rattrapé, a rattrapé les élus », a-t-il amèrement constaté. « Il faut réagir assez rapidement, parce que ce n’est pas quand les robinets n’auront plus d’eau que nous allons alerter la population », a-t-il prévenu.

Les autorités ne pourront pas tout faire

Jugeant la situation « critique », Gilbert Couturier a estimé qu’il fallait arrêter de croire aux miracles. « Les autorités ne pourront pas faire tout. Ce n’est pas possible », a-t-il lancé.
Face au niveau dramatique des captages d’eau dans sa commune, le maire a estimé qu’il fallait commencer à préparer la population, à la sensibiliser au risque de la pénurie.
« Il faut qu’on ai un langage de vérité avec la population », a-t-il affirmé.

Selon l’élu, la SME (Société Martiniquaise des Eaux) est elle-même impuissante. « Quand une rivière est asséchée, la SME va commencer à nous donner beaucoup de belles paroles pour pouvoir noyer les quelques poissons gales qui restent dans nos rivières », a-t-il ironisé.

Il faut s’équiper individuellement de citerne

« Il faut commencer à se préparer pour anticiper », a martelé l’élu, préconisant à chacun de s’équiper d’une citerne pour pouvoir faire face à la pénurie à venir.

« Chacun pourrait avoir une citerne qu’il utiliserait de temps en temps », a-t-il souligné. Gilbert Couturier a également mis en garde tous ceux qui « n’en n’ont rien à cirer » et continuent à laver leur voiture, à remplir leur piscine ou encore à arroser leur gazon. « Attention, le débit d’eau des rivières s’amenuise, donc on vous demande d’utiliser intelligemment l’eau du robinet», a-t-il dit.

La sécheresse persistera en mai, juin, juillet, prédit Météo-France

Dans son dernier bulletin prévisionnel pour les mois de mai, juin et juillet, Meteo-France estime que la sécheresse persistera en Martinique en raison d’un « important déficit pluvieux ».
« Les températures s’annoncent légèrement plus chaudes que la normale », font observer les experts.

Cette situation s’explique par le fait que « le temps sera dans un premier temps influencé par l’anticyclone des Açores qui engendre des Alizés soutenus asséchant l’atmosphère. »
« A partir de juin, les premières ondes tropicales sortent d’Afrique. Il faut alors prendre en compte l’eau relativement froide qui s’accumule dans le golfe de Guinée, freinant l’alimentation en humidité de ces ondes », explique Météo-France.

Cette situation a pour conséquence de diminuer les quantités de précipitations normalement attendues aux Antilles, souligne Météo-France. « De ce fait, même si la saison sèche ou carême est climatologiquement terminée (période allant de début janvier jusqu’à la première décade d’avril), la tendance pour ces trois prochains mois (mai, juin, juillet) sur la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Barthélémy et Saint-Martin reste déficitaire en précipitations. » prédit Météo -France.