La poussée épidémique de dengue inquiète en Martinique : plus de 900 nouveaux cas pour le seul mois d’août

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :
dengue

L’épidémie de dengue continue de prendre de l’ampleur en Martinique où plus de 900 nouveaux cas ont été confirmés pour le seul mois d’août, portant à 3.780 le cumul des cas biologiquement confirmés depuis le début de l’épidémie dont 31 % affectent les moins de 18 ans, selon les autorités sanitaires.

L’épidémie, qui a démarré en novembre 2019, touche désormais l’ensemble de l’île qui reste placée en « Phase 4 niveau 1 du PSAGE dengue » : « épidémie confirmée ».

Ce nombre de cas jugé « élevé » est susceptible de progresser en septembre, favorisé par les conditions météorologiques du moment où les pluies favorisent le développement de gîtes larvaires. Les autorités sanitaires invitent la population à redoubler de vigilance.
Pour les quatre dernières semaines d’août, le nombre de cas a presque triplé en comparaison des quatre semaines précédentes, du 6 juillet au 2 août.

Depuis plusieurs semaines, les indicateurs de surveillance épidémiologique progressent.
Au cours des quatre dernières semaines d’août, les experts ont en effet constaté que la quasi-totalité des communes de la Martinique était touchée, concluant que la diffusion du virus est établie sur l’intégralité du territoire.

Seules trois communes n’ont pas fait état de cas confirmés biologiquement sur cette période. Il s’agit de Fonds-Saint-Denis, Grand-Rivière et Basse-Pointe et Fonds.

Quoiqu’il en soit, toutes les communes rapportent des incidences supérieures à 10 cas pour 10.000 habitants, à l’exception des communes de Sainte-Anne, du Vauclin, du Marin, du Marigot et du Macouba dont l’incidence est comprise entre 5 et 10 cas pour 10.000.
Du 24 au 30 août 2020, près de 1.000 cas cliniquement évocateurs de la dengue ont été recensés en médecine de ville, selon les autorités sanitaires.

Elles estiment que 4.340 patients ont consulté un médecin généraliste libéral pour suspicion de dengue au cours des 4 dernières semaines d’août, soit un tiers des 12.730 cas suspects vus en consultation depuis le début de l’épidémie.