La princesse Caroline de Monaco invitée d’honneur du 1er concours de femmes cheffes d’orchestre (Mawoma)

Son Altesse Royale la princesse Caroline de Monaco était à Paris, à l’hôtel l’InterContinental – Le Grand, ce jeudi 24 janvier 2019. L’aînée de la famille Rainier était l’invitée d’honneur d’un Gala qui lançait le premier concours itinérant des femmes cheffes d’orchestre.

Cyrille Vigneron (Cartier) Caroline de Monaco, Clémence Guerrand (Mawoma)

Ce rassemblement mondain était l’occasion pour Clémence Guerrand, la fondatrice de Mawoma, de mettre la musique classique à l’honneur, devant plus de 270 invités, triés sur le volet.

Salon de l’opéra à l’hôtel l’InterContinental – Le Grand

Autour de la princesse Caroline de Monaco, Ségolène Royal (ancienne ministre), François de Rugy (ministre de l’écologie), le prince Jean-Barthémy Bokassa (petit-fils de l’Empereur Jean-Bedel Bokassa), Mélanie Laurent (actrice), Babette de Rozières (élue et chef gastronome), Patrick Poivre D’Avor (ancien présentateur de TF1), étaient tous réunis dans le prestigieux Salon de l’Opéra pour une même cause : celui de Mawoma.

Cyrille Vigneron, Ségolène Royal, Caroline de Monaco, Clémence Guerrand, Mélanie Laurent, Le prince Emmanuel Philibert de Savoie

« Seuls 4% des chefs d’orchestre sur la scène mondiale sont des femmes » annonce consternée la pianiste Clémence Guerrand sur le site de Mawoma.

Clémence Guerrand 

Elles sont pour la plupart des virtuoses de la baguette, dirigent une symphonie, conduisent un opéra, mènent des musiciens à la baguette mais ces femmes sont très peu représentées dans l’univers de la musique. « 21 femmes à la tête des orchestres de la scène internationale contre 586 hommes » commente Clémence Guerrand.

Babette de Rozières, élue parisienne et chef gastronome

Pour la jeune trentenaire, pas question « d’établir des quotas » au moment où la parité homme-femme, divise l’opinion publique. « Seuls, le talent et le travail de qualité seront pris en compte » pour qu’il y ait plus de femmes dans ces métiers (injustement) reconnus comme des professions d’hommes, a poursuivi la pianiste.

François de Rugy  (ministre de l’écologie) et son épouse

Fort de ce constat la musicienne Clémence Guerrand lance Mawoma, un concours international dédié aux femmes cheffes d’orchestre. Ce concours itinérant, MAWOMA (Music And WOmen MAestra, Musique et Femmes Chefs d’Orchestre) a pour objectif de valoriser la profession en mettant « à l’honneur et en lumière les compétences de jeunes femmes de toutes nationalités ».

Organisé en partenariat avec la Maison Cartier, Le concours « itinérant » se déroule sur six continents. A partir d’avril 2019, il fait escale à Vienne, Los Angeles, Johannesburg, Tokyo, Rio-de-Janeiro et Sydney. Une finaliste sera désignée à chaque étape. Ces six femmes cheffes d’orchestre s’affronteront à Paris lors d’un dernier concert qui désignera la Maestra élue de cette première édition de Mawoma.

Venue soutenir le concours, Caroline, la sœur du prince Albert II, n’a pas manqué de renouveler son appui à l’Amade, qu’elle préside depuis 1993. l’Association mondiale des amis de l’enfance qui s’engage pour la protection et l’épanouissement des enfants dans le monde, a été fondée en 1963 par sa mère, la princesse Grace de Monaco.

Un dîner a suivi le cocktail de bienvenue où la pianiste Etsuko Hirose, la soprano Julie Cherrier-Hoffmann accompagnée au piano par Frédéric Chaslin, et le pianiste Nelson Freire se sont produits successivement.

A noter : Des années 1900 à 2000, parmi les célèbres chefs d’orchestre afro-américains de Glenn Miller, Fletcher Henderson, Cab Calloway, Benny Carter, Chick Webb, Ben Pollack, Bennie Moten, Count Basie à l’incomparable Duke Ellington, on ne référence aucune femme  noire cheffe d’orchestre.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter


Images C’news Actus Dothy