« La République ne déboulonne pas de statues », prévient Emmanuel Macron, en réponse aux destructions de statues de personnalités françaises, liées à la colonisation

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites
Mots clés : ,

Le Président de la République a réaffirmé vendredi son opposition aux déboulonnages de statues de personnalités françaises liées à la colonisation, faisant valoir que l’ « on ne choisit pas une part de France »

« La République ne déboulonne pas de statues », a réaffirmé Emmanuel Macron lors de son discours au Panthéon pour les 150 ans de la République.

Le 14 juin dernier, le chef de l’État avait déjà prévenu que « la République n’effacera aucune trace ni aucun nom de son Histoire », invitant à « regarder ensemble toute notre Histoire, toutes nos mémoires […] avec une volonté de vérité, et en aucun cas de revisiter ou de nier ce que nous sommes ».

Ces déclarations font écho aux récents déboulonnages en Martinique de statues de personnages de l’Histoire de France, en lien avec la colonisation de l’ile.

Des militants martiniquais anticolonialistes ont déboulonné les statues de Victor Schoelcher, de l’Impératrice Joséphine et de Pierre Belain d’Esnambuc. Le 29 août dernier, un buste du Général de Gaulle a été dégradé au Robert.

Pour Emmanuel Macron pas question de réécrire l’Histoire du pays, craignant l’effet de contagion du mouvement anti-raciste américain « Black Lives Matter », né aux États-Unis après à le meurtre de l’afro-américain, George Floyd, où plusieurs statues de personnages historiques controversés ont été retirées de l’espace public par les autorités.

C’est notamment le cas de la ville de New York qui a annoncé en juin dernier qu’elle allait retirer une statue du 26e président des États-Unis Theodore Roosevelt de son emplacement en plein Manhattan, en raison de ses opinions jugées colonialistes et racistes.