« La Ville de Fort-de-France est endettée et ce n’est un secret pour personne » Didier Laguerre répond à Michel Branchi

Vues : 1719

Dans une longue tribune ci-dessous, le maire de Fort de France répond à Michel Branchi, qui a déclaré : « On apprend que Fort-de-France a un endettement de 150 ans en 2017 »

« OUI, cher Monsieur Branchi, au même titre que les 330 autres grandes collectivités de France, la Ville de Fort-de-France respectera les termes de la Loi de programmation des finances publiques du 22 janvier 2018, malgré des désaccords sur certains points. Et ce, en toute transparence, comme je vous l’ai rappelé au dernier Conseil municipal.

OUI, comme l’y oblige la législation, la Ville va contribuer à l’objectif fixé par l’Etat de réduire l’augmentation des dépenses des collectivités territoriales.

OUI, la Ville de Fort-de-France est endettée et ce n’est un secret pour personne ; Et, depuis des décennies, malgré ses difficultés financières connues et assumées, malgré sa relative solitude et malgré les coups bas, la Ville poursuit inlassablement ses efforts pour un mieux-être des

foyalais(es) en particulier et celui de la population martiniquaise plus généralement.
OUI, nous saurons faire, car entre 2014 et 2016, nous avons contenu l’évolution de nos dépenses à 0,4%, là, il s’agira d’être en deçà de 1,3% jusqu’en 2020. Entre 2013 et 2017, la Ville a réalisé des économies tout en réussissant à maintenir la même qualité de service rendu au public. Pourtant en 2017, c’est plus de 7 millions d’euros de recettes en moins versées par l’Etat à la Ville, comparé au budget 2013 !

OUI, nous avons su y faire face. Mais ça ne vous intéresse pas.
Lors de la dernière séance du Conseil municipal, vous avez pourtant noté que la capacité de désendettement de la Ville s’améliorerait durablement et fortement en vertu de cet engagement que nous prenons avec l’État, mais au lieu de vous en satisfaire, vous avez pris l’option de la démagogie.

Vous faire l’écho de cet engagement sur le désendettement ? Pas vous, car la confiance de nos partenaires financiers et de l’Etat vous agace.

Vous faire l’écho de la confiance de l’Agence Française de Développement qui a signé son engagement ferme d’accompagner le plan de désendettement de la ville présenté par l’édilité ? Sûrement pas vous.

Vous féliciter que le Maire de Fort-de-France, membre du Comité des Finances Locales (CFL) au niveau national, cherche par tous les moyens à faire compenser la disparition de la taxe d’habitation afin de ne pas augmenter les impôts des foyalais et permettre aussi aux collectivités de retrouver leur autonomie fiscale ? Encore moins vous.

Vous préférez en revanche, Monsieur Branchi, ressasser le niveau d’endettement de la Ville pourtant connu de tous, en omettant sciemment de citer nos engagements et nos résultats, car il est vrai que vous n’avez qu’une seule rengaine.

Cela s’appelle l’absence d’argument.

Je vous rappelle, Monsieur Branchi, la rareté, la faiblesse, voire l’absence de soutien financier de votre majorité aux projets de Fort-de-France et de ses habitants. Les Foyalais, le tissu associatif et ses bénévoles, la Martinique toute entière, tous le voient !
Depuis plus d’un an, votre majorité ne répond pas à notre sollicitation à participer au développement des quartiers en géographie prioritaire.
Savez-vous de quoi il s’agit ? Des quartiers où vivent le plus souvent les foyalais les plus démunis.

Alors, Je vous le dis clairement, une bonne fois pour toute.

J’assume et j’assumerai chaque euro dépensé, par le passé, aujourd’hui et aussi demain, car il n’obéit qu’à un seul objectif : rendre meilleur le quotidien de ceux que les aléas de la vie n’ont pas épargnés, les plus fragiles en priorité et offrir à tous, qu’il réside ou visite Fort-de-France, un cadre de vie plus agréable et des services publics accessibles et humains.

Faites-vous en l’écho auprès de vos amis du Gran Sanblé. Arrêtez d’utiliser, voire de travestir les chiffres dans le seul but de mentir à la population.

Faites-vous violence et témoignez enfin de l’amour que vous portez à cette Ville et à ses habitants. Faites au moins semblant… »