La vitamine D, une arme supplémentaire pour lutter contre le Coronavirus selon 73 experts

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, France, Guadeloupe, Guyane, Martinique, Monde
Mots clés :

Dans un communiqué, un collectif d’experts francophones appelle à distribuer un supplément de vitamine D à l’ensemble de la population française dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Dans le cadre de la lutte contre la COVID-19, 73 experts francophones et six sociétés savantes nationales réunis autour du Pr Cédric Annweiler, chef du service de Gériatrie au CHU d’Angers, et du Pr Jean-Claude Souberbielle, tous deux spécialistes de la vitamine D, appellent à supplémenter en vitamine D la population française dans son ensemble (et pas uniquement les personnes âgées ou à risque de forme grave de COVID-19).

Réduire l’infection et les formes graves de COVID-19

Selon ces experts, la vitamine D qui est une hormone stéroïde pourrait être une arme supplémentaire pour lutter contre le coronavirus. « Un nombre croissant d’études scientifiques montrent en effet que la supplémentation en vitamine D contribuerait à réduire l’infection par le SARS-CoV-2 ainsi que le risque de formes graves de COVID-19, de passages en réanimation et de décès » écrivent ces spécialistes dans un communiqué, publié par le CHU d’Angers (Maine-et-Loire).

Pas un remède miracle

Plusieurs études assurent que la vitamine D limiterait l’orage cytokinique, responsable des cas graves du coronavirus. Ces experts citent notamment les résultats préliminaires d’une étude norvégienne, montrant que les consommateurs réguliers d’huile de foie de morue, riche en vitamine D, sont moins à risque d’être infectés par le SARS-CoV-2.

Mais attention : « Bien qu’elle ne doive pas être considérée comme une arme du même niveau que la vaccination ou les gestes barrières » précisent-ils et ne doit pas « remplacer la vaccination ».

Une mesure simple, sans danger, peu coûteuse, remboursée par l’Assurance maladie

Ces spécialistes mettent en avant « une mesure simple, sans danger, peu coûteuse, remboursée par l’Assurance maladie » et recommandent de «supplémenter en vitamine D tout au long de l’année les personnes à risque d’hypovitaminose D (c’est-à-dire les personnes de 80 ans et plus, ou malades, ou fragiles, ou dépendantes, ou obèses, ou vivant en Ehpad), et la population générale pendant la période hivernale». En effet, en hiver, la production naturelle de vitamine D est quasi nulle, par manque de soleil.

Photo : @doctissimo