La yole de Martinique au patrimoine mondial de l’Unesco ? Verdict ce jeudi dans quelques heures !

On y est ! comme l’écrit le patron de la Fédération des yoles rondes de Martinique, Alain Richard. C’est effectivement ce jeudi 17 décembre 2020 que la yole ronde de la Martinique pourrait entrer dans l’histoire avec son inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Ce jour J a été précédé de plusieurs étapes.

Emmanuel Macron a annoncé en février 2019, la candidature de la yole pour cette inscription. Le 15 mars 2019, le Ministre de la Culture Franck Riester annonçait la sélection du dossier. La candidature de la yole a été remise 10 jours plus tard par le ministre de la Culture à l’ambassadeur de France. Le dossier a ensuite été instruit durant plusieurs mois par l’Organe international d’évaluation attaché à la Convention de l’UNESCO, en vue d’une reconnaissance de cette pratique culturelle immatérielle à la fin de l’année 2020.

“Depuis 30 ans, la yole a pris une place importante car de support sportif, elle est devenue un pan du patrimoine, si bien qu’elle est considérée comme un emblème de la Martinique” explique la fédération des yoles rondes de Martinique.

Le cœur d’un homme doit battre tout particulièrement aujourd’hui, celui d’ Édouard Tinaugus, défenseur du patrimoine Antillais qui a eu un rôle déterminant dans l’inscription de la yole à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel en France en 2017.

Une dizaine d’années après, il portait le dossier auprès de l’UNESCO. Pour lui cette reconnaissance de la yole martiniquaise par l’UNESCO a un intérêt crucial d’un point de vue de la conservation et de la transmission de ce patrimoine culturel exceptionnel aux générations à venir.