L’aéroport Paris-Orly devrait rester fermé jusqu’en septembre 2020, Roissy absorbera son trafic

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés :

En raison de la faiblesse du trafic et de la lenteur de la reprise attendue, la réouverture au trafic commercial de l’aéroport d’Orly, fermé depuis le 31 mars 2020, n’est pas jugée nécessaire avant plusieurs mois, pas avant l’automne, rapporte dimanche le journal Les Échos. L’aéroport de Roissy-CDG, même réduit à deux ou trois terminaux, pourra absorber la totalité du trafic estival, précise le quotidien sur son site internet.

« Selon nos informations, cela devrait durer encore plusieurs mois. En vue des prévisions des compagnies aériennes, la reprise du trafic aérien s’annonce en effet beaucoup plus lente. En conséquence, le deuxième aéroport parisien ne rouvrira probablement pas avant l’automne », précise le journal qui cite une source proche du dossier.

Les compagnies d’Orly qui le souhaitent pourront néanmoins reprendre leurs vols depuis l’aéroport de Roissy-CDG. Corsair et Air Caraïbes avaient notamment annoncé le projet de reprendre les vols vers les départements d’Outre-Mer dès la mi-juin, relève le journal.
Le trafic vers les Antilles et La Réunion ne justifierait pas une réouverture d’Orly, même si l’aéroport a conservé le minimum de personnel nécessaire pour pouvoir accueillir des vols sanitaires et d’éventuels déroutements, fait-il observer.

« L’aéroport de Roissy-CDG, dont seulement trois terminaux (Les 2E, 2F et 2A) restent ouverts, devrait suffire à absorber la totalité du trafic de cet été au départ et à l’arrivée de Paris, sans qu’il soit nécessaire de rouvrir Orly aux vols commerciaux », précise Les Échos.
Afin de faciliter la mise en oeuvre des contrôles sanitaires, ADP envisage même de fermer le terminal A de CDG 2, pour ne garder ouvert que les terminaux 2E et 2F de Roissy-CDG, ajoute-t-il. « Nous devons attendre la réouverture des frontières avant de pouvoir remonter en puissance », explique-t-on chez ADP.

Une grosse partie de l’activité d’Orly repose notamment sur la desserte des pays du Maghreb, dont les frontières sont closes. Par ailleurs, la fermeture des frontières de l’Union européenne devrait également se prolonger jusqu’en septembre.

« Malgré de premiers signes de reprise, lié aux mesures de déconfinement, le trafic aérien européen reste très déprimé. », commente Les Echos.

Après avoir atteint un point bas historique le 25 avril, avec un trafic en recul de 91 % comparé à avril 2019, le nombre de vols dans le ciel européen est remonté à 15 % de son niveau antérieur en cette fin de semaine, selon les statistiques d’Eurocontrol.

Photo : paris.aeroportorly.fr