L’association de mamans entrepreneures, dit non au port du masque pour les enfants à partir de 6 ans en Martinique

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Les Bizness Mam, disent non au port du masque pour les enfants à partir de 6 ans en Martinique et interpellent les autorités dans un communiqué « afin que soit supprimée l’obligation du port du masque dans l’ensemble des établissements scolaires » de l’île.

« Nous, les Bizness Mam, association de mamans entrepreneures, disons non au port du
masque pour les enfants à partir de 6 ans.

Nous considérons que le port du masque est un acte de maltraitance avéré pour tous les enfants, en particulier les plus jeunes.

Nous interpelons donc le Préfet M Stanilas CAZELLE, M le Président de la Collectivité Territoriale de Martinique Alfred MARIE-JEANNE, le Recteur de l’Académie de la Martinique Pascal JAN, les Directrices et Directeurs d’établissements scolaires, ainsi que tous les enseignants, afin que soit supprimée l’obligation du port du masque dans l’ensemble des établissements scolaires de la Martinique. Les raisons qui nous poussent à cette action sont d’ordre médical, pédagogique, psychosocial et légal.

– Des raisons médicales :
1) La contribution des enfants au risque épidémique est très faible. Les études ont montré
que les enfants de moins de 12 ans sont peu porteurs du virus COVID 19 (2% des cas1) et peu contaminants 2 pour leur entourage. Les moins de 18 ans représentent quant à eux moins de 5% des cas3 et ont 44% de chances de moins d’être infectés1. De plus, ils sont le plus souvent asymptomatiques (dans 70% des cas selon le Conseil Scientifique du COVID 19) et ne souffrent que très rarement de formes graves (moins de 1% des patients hospitalisés).

2) Le masque génère une gêne respiratoire importante, responsable de nombreux troubles signalés chez les adultes et les adolescents (maux de tête, vertiges, lésions cutanées, troubles de la concentration, infections oculaires…). Il contribue aussi à la prolifération de micro-organismes au sein du masque humide.

3) Les enfants de moins de 10 ans ne sauraient respecter les gestes d’hygiène élémentaires pour porter leurs masques (échanges de masques entre élèves, toux et éternuements dans le masque, manipulation incessante du masque, notamment après le passage aux
toilettes, …). Ces règles sont pourtant définies comme étant la condition sine qua non de
la protection contre le virus COVID 194.

4) Aucune étude n’a, à ce jour, démontré l’efficacité du port du masque contre les infections
virales. Les seuls gestes efficaces en cas d’épidémie sont le lavage des mains et la distanciation physique.

– Des raisons pédagogiques
5) La difficulté de respirer, causée par le port du masque, compromet les capacités de
concentration et de mémorisation, à la base de tout apprentissage. De plus, le masque entrave la capacité à s’exprimer et constitue donc un frein à toute participation orale et à tout questionnement à l’enseignant5.

6) Les enseignants, souffrant eux-mêmes du port du masque dans leur métier, obligés à parler plus fort, à trouver de nouvelles manières de se faire comprendre, ne seront pas en mesure de bien comprendre leurs élèves, surtout ceux qui ont des difficultés à s’exprimer6. Ils ne seront plus capables de décoder les expressions de visages de leurs élèves. Pour rappel, la communication non verbale représente 97% de la compréhension d’un message. Par ailleurs, souhaite-t-on vraiment que nos enseignants consacrent du temps à réprimander les élèves ne respectant pas correctement les règles du port du masque ?

– Des raisons psychosociales
7) Le port du masque impacte le développement psychosocial des enfants7, en dégradant le
lien tissé avec leurs camarades, alors même qu’ils sont déjà privés d’une partie de leur relation avec leurs enseignants. Sans le décodage des émotions grâce aux mimiques de leurs camarades, ils se couperont les uns des autres. Les plus timides se renfermeront et ne participeront pas en classe.

8) Enfin, le port du masque généralisé aux enfants crée un climat anxiogène à l’école, alors même que le contexte actuel est la source d’angoisse chez les parents, et par ricochet, leurs enfants.

– Des raisons légales
9) En vertu de l’article L111-1 du Code de l’Éducation, toute école refusant un élève ne
portant pas de masque s’expose à des poursuites, que nous parents, ne manquerons pas constituer auprès des instances compétentes.

– Des raisons géographiques
10) Enfin, nos écoles, avec leurs classes ouvertes sur l’extérieur toute la journée et leurs cours
de récréation en plein air, ne présentent pas de conditions favorables à la prolifération des virus, comme ce peut être le cas en France hexagonale.

L’équilibre bénéfice/risque est donc selon nous en défaveur du port du masque par les enfants. Nous demandons donc à nos autorités de préserver la santé physique et psychologique de nos enfants, en abrogeant cette mesure contre-productive et dangereuse.
Le réseau Bizness Mam »