Laure-Anaïs Abidal : « Malgré les critiques, j’ai réussi à être finaliste à Miss France. Il faut croire en soi !  »

Vues : 1905

Arc de Triomphe sur la célèbre Avenue des Champs-Elysées à Paris.

L’endroit idéal pour retrouver une gagnante, pour savourer la petite victoire de Laure-Anaïs Abidal, l’entendre heureuse faire le bilan d’une année chargée d’émotion. Venue en France pour défendre le titre de Miss Martinique, elle remporte la première partie du concours de reine. Le 16 décembre 2018, Laure-Anaïs Abidal est hissée au Top 12 des plus belles femmes de France. Comme un roman à rebondissement, l’année 2017 a contribué à rendre la jeune fille plus forte et plus sûre de ses choix.

« Une fois arrivée en France, j’étais tellement contente d’avoir un moment de paix. Car j’avais reçu pas mal de critiques entre Miss Martinique et Miss France. Et je me disais, enfin un moment de joie, de bonheur. J’ai vraiment profité de chaque instant !» (vous pourrez écouter son interview à la fin de l’article).

Ce sont les confidences de Laure-Anaïs Abidal, finaliste, au concours Miss France 2018 (remporté par  Maëva Coucke du Nord-Pas-de-Calais), en réussissant un beau parcours. La jeune femme a répondu à toutes nos questions même les plus embarrassantes.

Le temps est d’humeur maussade, la Seine est en crue, la température est au dessous de 10 degrés. Laure-Anaïs Abidal est de passage à Paris. Il est 13heures, la jeune antillaise termine ses partiels. Elle veut bien nous recevoir avant son retour à Nancy (Nord-Est en France). Son train est prévu à 17 heures.

A peine le rendez-vous confirmé, Miss Martinique est à la station George V. Elle est prompte, et pour cause, Laure-Anaïs Abidal connait les transports en Ile-de-France. Elle a vécu trois ans à Paris avant sa « belle aventure » entre la Martinique et la France métropolitaine.

Café George V, Avenue Champs Elysées, samedi 27 janvier 2018. Il est 13h10.

De cette période intense, elle nous en parlera et nous confiera les difficultés et les méchantes remarques qu’elle a du subir « en voulant garder, sa foi, sa détermination » à porter sa nouvelle couronne. Sa force, nous dit-elle, elle la puise dans sa tribu, sa famille, sa mère et ses sœurs qui la soutiennent sans défaillir. Depuis la cérémonie du concours de Miss France 2018 à Chateauroux, Laure-Anaïs Abidal a fait le choix de rester en métropole auprès de sa famille qui vit à Nancy.

Toujours « maîtresse » de sa couronne de Miss Martinique 2017, la jeune fille a repris ses crayons et ses classeurs, et la voilà partie pour d’autres tests, d’autres challenges.

Laure-Anaïs Abidal est en première année de Master comptabilité contrôle audit, elle envisage de devenir une commissaire aux comptes. Une formation qui n’existe ni au Campus de Ravine Touza en Martinique, ni au Campus de Guadeloupe, ni même en Guyane, ce qui explique le départ de Laure-Anaïs Abidal pour Paris. Au total, trois ans qu’elle fréquente son Université parisienne après plusieurs années d’études commencées après son baccalauréat.

L’aventure Miss Martinique 2017 et Miss France 2018 commence en Juin 2017.

La tête bien pleine et un corps parfait, Laure-Anaïs Abidal s’inscrit à l’élection de Miss Martinique et elle grimpe sur la deuxième marche. Laure-Anaïs Abidal est première dauphine de Jade Voltigeur, nous sommes le 21 juillet 2017. Un mois plus tard, la gagnante perd son titre pour un colibri tatoué sur son omoplate, Jade Voltigeur est privée du concours Miss France 2018. Laure-Anaïs Abidal récupère le titre de Miss Martinique 2017. Une écharpe qui lui permet de participer à l’élection de Miss France 2018, cinq mois plus tard.

Elle arrive à Châteauroux dans la région Centre-Val de Loire (Centre de la France). Laure-Anaïs Abidal peut souffler loin des turpitudes et des failles du comité de Miss Martinique. La jeune fille rencontre les autres candidates qui concourent à l’élection Miss France 2018. Elle découvre une nouvelle région, des habitants bienveillants et se prépare à la cérémonie de Miss France avec sérénité : « Ce que je fais, je le fais en m’amusant. Je ne me mets aucune pression. C’est plus facile et on réussit mieux, quand on se fait plaisir En répétition, je dansais, je m’amusais, j’étais bien ».

L’antillaise peut enfin tourner une nouvelle page : « J’ai reçu pas mal de critiques entre Miss Martinique et Miss France. Je me suis dit « enfin un moment de Paix ! Cela m’a fait du bien de vivre cette aventure. Je me sens beaucoup plus forte qu’avant ! ».

Forte et convaincue de sa mission, elle a tout tenté Laure-Anaïs Abidal : « J’avais envie de faire partie des douze finalistes. J’ai douté, quand j’ai vu toutes les participantes. Je me suis dit « Peut-être qu’il n’y avait pas une place pour moi. A l’appel de mon nom, j’étais surprise et contente, car c’est une étape qui n’a pas été facile à franchir ». 

Miss Martinique est jeune et en fille sage, elle lance, résolue, ce message : « Finalement, je me rends compte que peu importe, les obstacles, les méchantes critiques, il faut toujours y croire. Quand on revient sur mon parcours, la réalité m’a bien prouvé le contraire, il faut toujours garder espoir et garder la tête haute. On ne doit jamais partir défaitiste et on doit croire en ses capacités ».

Nous la quittons au métro, Laure-Anaïs Abidal, très détendue se dirige vers la ligne 1. Nous l’accompagnons et elle se dit heureuse de passer du temps chez sa sœur à Nancy. Excitée quand sa mère l’appelle de sa Martinique « J’ai l’intention de revenir, car après le concours de Miss France, il est important de retourner chez soi. Je reviens dans pas longtemps »

Mais en attendant, la jeune antillaise libérer de ses derniers examens, commence seulement à émerger et à profiter de son nouveau statut, de finalistes au concours Miss France 2018 et de Miss Martinique 2017.

LAURE-ANAÏS ABIDAL AU METRO LIGNE 1

Publié par Antillesboxmail – Dothy sur lundi 29 Janvier 2018

Son prochain rendez-vous sera aux côtés de Babette de Rozières, Laure-Anaïs Abidal sera, le vendredi 2 février 2018, l’ambassadrice beauté de la Martinique, au Salon de la Gastronomie des Outre-mer et de la Francophonie à Paris Porte de Versailles.

Entretien avec Laure-Anaïs Abidal au Café George V sur les Champs Elysées.

Retour sur une année mouvementée qui se termine bien. Ci-dessous, Laure-Anaïs Abidal est au micro de Sun’Shyne (Murielle Leveille) le mercredi 24 janvier 2018 au studio de FranceÔ La Radio.

LAURE-ANAÏS ABIDAL à PLEIN SOLEIL

Publié par Antillesboxmail – Dothy sur lundi 29 Janvier 2018

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy

Images et vidéos C’news Actus Dothy