Le 16 août 2005, le crash du vol 708 de la West Caribbean Airways faisait 160 morts dont 152 Martiniquais : 15 ans après, « on n’oublie pas »

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Le 16 août 2005, le crash du vol 708 de la West Caribbean Airways, faisait 160 morts dont 152 passagers martiniquais qui rentraient du Panama, plongeant la Martinique dans la désolation et la douleur.

Aucun survivant n’a été retrouvé dans les débris de l’avion qui s’est écrasé dans une région montagneuse du Vénézuéla. Les 152 victimes martiniquaises rentraient de vacances. Quinze après le crash, les familles endeuillées s’interrogent toujours sur les circonstances de cette catastrophe, la pire qu’a connue l’île depuis l’éruption de la montagne Pelée, en 1902.
Chaque année l’association AVCA (Association des victimes de la catastrophe aérienne du 16 août 2005) organise une cérémonie du souvenir à Fort-de-France (Martinique). Une façon pour elle de contester les conclusions de l’enquête judiciaire qui désignent les pilotes, décédés, comme seuls responsables de l’accident, fermant ainsi la porte à un procès.
L’association des victimes (AVCA) n’a de cesse d’accompagner les familles et de rechercher la vérité.

Ce dimanche 16 août, le journaliste Serge Bilé écrit sur sa page FB : « On n’oublie pas ». Un clin d’œil au titre d’une chanson écrite en 2014, avec le compositeur, Renaud Rinto
« En mémoire des 152 Martiniquais et des 8 autres passagers qui ont péri dans le crash du 16 août 2005 au Vénézuéla. Soutien aux familles des victimes. Merci aux artistes qui ont accepté de participer à ce projet. On n’oublie rien », ajoute-t-il.

Le 16 août 2005, à 6 heures du matin, le vol 708 de la West Caribbean Airways décolle de Panama City en direction de la Martinique avec 160 personnes à son bord dont 152 passagers martiniquais.

Après moins d’une heure de vol, les commandes se mettent à vibrer, une alarme retentit dans le cockpit. L’avion perd de l’altitude. Il devient incontrôlable. Le commandant désengage le pilote automatique et tente de cabrer l’appareil pour remonter.
Peine perdue, il s’écrase sur le ventre dans une région montagneuse du Venezuela. Aucun survivant n’est retrouvé dans les débris de cet avion McDonnell Douglas.

Un documentaire intitulé, « Mensonges et Vérités » publié en 2017 par Martinique La Première et réalisé par Christian Forêt est visible sur Youtube.