Le Covid-19 reconnue maladie professionnelle, au même titre que les cancers dus à l’amiante ou à l’intoxication au plomb ?

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France, Guadeloupe, Guyane, Martinique
Mots clés :

Le Covid-19 reconnue maladie professionnelle, au même titre que les cancers dus à l’amiante ou à l’intoxication au plomb ? L’idée fait son chemin. Mais déjà, plusieurs officiels y sont favorables.

Le ministre de la Santé, Olivier Veran, l’a évoqué pour les soignants et le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, veut que le COVID19 soit reconnu comme maladie professionnelle pour les personnels du ministère dont les policiers.

Idem pour l’Académie de médecine qui est favorable à une reconnaissance de la maladie élargie à ceux qui travaillent pour « le fonctionnement indispensable du pays » comme les secteurs de l’alimentation, des transports et de la sécurité et pas seulement les personnels de santé.

Depuis le début de la crise, plusieurs syndicats réclament cette reconnaissance pour les salariés et les agents publics. D’ores et déjà, ils ont recommandé aux salariés qui auraient contracté le virus au travail ou sur le trajet pour s’y rendre de le déclarer en accident du travail.

Selon la définition de l’institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) une maladie est considérée « comme ‘professionnelle’ si elle est la conséquence directe de l’exposition plus ou moins prolongée d’un travailleur à un risque physique, chimique ou biologique, ou résulte des conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle ».

Introduire une nouvelle maladie professionnelle dans la liste existante suppose un décret, après discussion au sein du Conseil d’orientation des conditions de travail (Coct) où siègent aussi les syndicats et le patronat.

« Cela peut aller très vite si le gouvernement veut aller vite, mais cela peut aussi s’enliser », a indiqué à l’AFP Jérome Vivenza (CGT), membre du Coct. Certains syndicats veulent mettre cette question à l’agenda du Coct rapidement. Une réunion se tiendra le 24 avril prochain.