Le guadeloupéen Didier Dinart comparé à un « esclave » par Claude Onesta : Ce dernier s’explique et tacle Dinart

Dans une dédicace, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de handball Claude Onesta compare son successeur Didier Dinart, à un « esclave ». Face à la polémique, Onesta tacle violemment le Guadeloupéen.

« Cette controverse va le discréditer encore plus qu’il ne l’est déjà » lâche d’entrée l’ex sélectionneur des Bleus.

C’est le site bondamanjak, photo à l’appui, qui a allumé la mèche cette semaine, en publiant la fameuse dédicace écrite par Claude Onesta.

« A Didier, l’esclave qui a le plus profité de sa libération… en espérant qu’il ne remette pas les chaînes à ses joueurs… Amitiés Claude ».

S’ils datent de 2014, lors de la sortie du livre « Le règne des affranchis », ces mots étaient jusque là restés dans la sphère privée.

A cette époque, le Guadeloupéen Didier Dinart est l’adjoint de Claude Onesta, avant de devenir lui-même le patron de l’équipe de France de handball.

Des propos maladroits ?

« Si j’avais eu quelques relents racistes le concernant, ce n’est certainement pas lui que j’aurais sollicité et à qui j’aurais laissé les clés du camion ».

En dépit de ses explications, les réactions se multiplient. Plusieurs médias parlent de la désormais « affaire de la dédicace ».

Du côté du Ministère des Sports, on se dit « très étonné de mots qui paraissent au mieux maladroits ». Roxana Maracineanu devrait s’entretenir très rapidement avec les deux hommes.

Une initiative bottée en touche par Claude Onesta : « Je n’ai pas à donner suite à cette situation, ni avec Didier Dinart ni avec personne ».

« Si l’autre a pété les plombs qu’il se démerde »

Mais Claude Onesta ne s’arrête pas là. Dans des propos rapportés par Le Figaro, il estime que cette dédicace s’est avéré « tristement prémonitoire ».

Selon lui Dinart, démis de ses fonctions en 2020 après le fiasco des Bleus à l’Euro, « n’a eu de cesse de réaffirmer son pouvoir et de faire taire tout avis contraire ».

Et de confier, cette fois au journal L’Equipe, que les joueurs sollicités à réagir n’ont pas été tendres avec le Guadeloupéen.

« Ils ont répondu que si ‘l’autre’ a pété les plombs, qu’il se démerde seul et ne les embarque pas dans cette histoire ».

Photo : RMC Sport