Le lycée Colbert de Thionville rebaptisé Rosa Parks, le RN indigné

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés :

Le lycée Colbert-Saint Germain de Thionville( Moselle, Grand Est) a été rebaptisé Rosa Parks. Il s’agit d’un choix antérieur aux manifestations antiracistes, a fait savoir la région Grand-Est dans un communiqué.

La Région Grand Est a décidé de débaptiser le lycée Colbert-Sophie-Germain de Thionville (Moselle) pour lui attribuer le nom de lycée Rosa-Parks. L’activiste afro-américaine est une figure de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, explique la région dans son communiqué de presse en date du vendredi 19 juin 2020.

Un choix déconnecté de tout processus politique

La Région explique que « ce processus est déconnecté de toute contingence politique ». La procédure « est antérieure à la mort de George Floyd, tué le 25 mai 2020, ainsi qu’à tous les mouvements citoyens et politiques qui ont suivi à l’échelle mondiale », poursuit l’institution.
Trois noms étaient en lice : Simone Veil, Rosa Park et Wangari Muta Maathai.

Mais ce choix a déclenché la colère des élus du Rassemblement national qui accusent les élus d’avoir cédé aux pressions de la rue, en particulier celles entourant l’affaire Adama Traoré.
Christine Guillemy, élue Les Républicains, confirme à BFM que « cette réflexion » a démarré dès que la fusion entre les lycées Colbert et Sophie Germain » qui a été actée en septembre. Le nom a été connu en mars et les avis définitifs du conseil d’administration et du Conseil municipal, eux, ont finalement été rendus le 10 juin,» explique l’élue qui ajoute : « On ne réagit pas sous le coup de l’émotion»

De son côté, la vice-présidente LR de la Région, Valérie Debord, confirme aussi à BFMTV que le dossier était « en discussion» depuis «des mois». «C’est très Front nat’ de faire un coup comme ça alors qu’il n’y a aucun lien avec l’actualité», lance-t-elle.

« On leur a rappelé qu’on a toujours fonctionné ainsi et qu’un nom, c’est avant tout une rencontre entre un établissement, une histoire et une communauté pédagogique. C’est un grand principe du droit : on ne réagit jamais sous le coup de l’émotion », fait valoir l’élue.

Le RN et Marine Le Pen vent debout

Mais le Rassemblement national reste vent debout et dénonce une « fièvre destructrice ».
«La fièvre destructrice contamine le Grand Est : ils débaptisent le lycée Colbert de Thionville ! Remplacent la grande scientifique des Lumières Sophie Germain par une activiste américaine ! Les mêmes qui nous refusaient un lycée Arnaud Beltrame», dénonce sur son compte Twitter la candidate à la mairie de Metz, Françoise Grolet.

Idem pour la présidente du RN qui déplore sur les réseaux sociaux un « renoncement ». Elle poste un tract relayé par les militants qui interpelle le président LR du Grand Est : «Jean Rottner serait-il en train de céder à la dictature de l’émotion initiée par les Traoré et l’extrême gauche sur fond de racialisme ?»

Qui est Rosa Parks ?

Rosa Parks, née en 1913 et décédée en 2005, avait refusé le 1er décembre 1955 de céder sa place à un passager blanc dans un bus public.

Rosa Louise McCauley Parks, afro-américaine dite Rosa Parks est née le 4 février 1913 à Tuskegee en Alabama. Elle est morte le 24 octobre 2005 à Détroit dans le Michigan.
Figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, elle est surnommée « mère du mouvement des droits civiques » par le Congrès américain. Le 1er décembre 1955, elle devient célèbre à Montgomery (Alabama) en refusant de céder sa place à un passager blanc.

Arrêtée par la police, elle se voit infliger une amende de quinze dollars. Le 5 décembre 1955, elle fait appel de ce jugement. Un jeune pasteur noir de vingt-six ans, Martin Luther King lance alors une campagne de protestation et de boycott contre la compagnie de bus qui dure 380 jours. Le 13 novembre 1956, la Cour suprême des États-Unis casse les lois ségrégationnistes dans les bus, les déclarant anticonstitutionnelles.

Photo : Google Street View