Le martiniquais Daniel Baudin élu « Meilleur Maître de Chai du Monde » à Miami

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique, Monde
Mots clés : ,

Il y a quelques jours, le martiniquais Daniel Baudin foulait le sol de Miami. En effet, le maître de chai du Groupe BBS (Maison La Mauny, Trois Rivières et Duquesne) a vu sa carrière et son savoir-faire récompensés au cours de l’International Rhum Conférence (IRC) : il a reçu le prix de Meilleur Maître de Chai du Monde.

Le 26 septembre, le martiniquais Daniel Baudin a reçu le prix de Meilleur Maître de Chai du Monde, “Best Rum Master Distiller” de 2019, autrement dit, le Meilleur maître de chai de l’année, à l’échelle internationale, lors de l’International Rhum Conférence (IRC) à Miami.

Honoré de ce choix, Daniel Baudin reste humble et poursuit ses efforts pour produire des assemblages toujours plus prisés.

Le prix du meilleur maitre de chai du monde reconnait le travail, les nombreuses médailles reçues, et les efforts considérables déployés au cours d’une année. D’après les organisateurs de l’IRC, les récompenses remises au cours de cet événement sont prestigieuses, et très peu de gens peuvent se vanter de l’avoir.

Qui est Daniel BAUDIN ?

Depuis 1991, Daniel BAUDIN met son savoir-faire, sa rigueur, son nez et sa créativité au service des rhums du sud de la Martinique (Maison la Mauny et Trois Rivières). Il réalise ainsi depuis plus de 30 ans, avec son équipe, les assemblages et vieillissements des Grandes Cuvées et Millésimes des marques Trois Rivières et Maison la Mauny.

Formé par une première maison de rhum, en tant que responsable des stocks et des assemblages puis par le Centre Technique de la Canne et du Sucre de la Martinique, il intègre Trois Rivières en 19 91 au poste de Maitre de chai nouvellement créé pour le suivi des distillations, l’assemblage des lots, le suivi des mises en vieillissements et celui des douanes et de l’AOC.

Ce n’est pas la première fois que le travail et la passion de Daniel Baudin sont reconnus au niveau mondial. Rappelons par exemple qu’en 2018 le rhum vieux Trois Rivières VSOP a reçu le Rum Trophy of the Year lors de l’«International Wine & Spirit Competition » à Londres, prestigieuse récompense qui place le VSOP comme le meilleur rhum du monde, toutes catégories confondues. En Martinique aussi les experts s’accordent à récompenser le savoir-faire de Daniel Baudin, qui a reçu en 2019 le Prix de l’innovation du PARM (Pôle agroressources et de Recherche de Martinique) sur la cuvée Ratafia de Maison La Mauny.

Fier, étonné, honoré

Daniel Baudin est très fier d’exercer un métier qui s’appuie sur l’histoire, la chimie, les sens, et l’humain. Lorsqu’il a appris sa nomination pour le prix de meilleur maitre de chais du monde à l’International Rhum Conférence, il s’est senti à la fois étonné et honoré. Ce qu’il ressent s »inspire d’ailleurs Aimé CESAIRE : « je n’ai pas eu cette ambition, je ne cherche pas la compétition. Me voici maintenant sur le podium, et je m’efforcerai d’être à la hauteur de la reconnaissance qui m’est faite. »

Terroir, tradition et code

Son métier rappelle à la mémoire de chacun la richesse et les saveurs de terres martiniquaises. Au quotidien, il est entouré d’un patrimoine vieux de 300 ans. Rappelons que les chais des Plantations Trois Rivières et de Maison La Mauny abritent de nombreux millésimes dont les plus vieux encore en vieillissement ont près de 20 ans. Aussi a-t-il été particulièrement à l’aise lorsqu’il a pris la parole pour animer une conférence sur le thème « terroir, tradition et code ». Devant une assemblée de plus de 200 personnes, Daniel Baudin a parlé du terroir martiniquais. Il a voulu expliquer que la canne a des goûts et des saveurs différentes en fonction de son lieu de culture. Il s’est notamment appuyé sur son travail avec la Cuvée Océan de Trois Rivières, dont les cannes sont récoltées sur la plage de l’anse Trabaud, et dont l’empreinte saline se révèle à la dégustation…

Il a poursuivi son discours en soulignant l’évolution des appellations relatives au rhum : le passage de la mention « rhum supérieur  » à « rhum agricole » puis « rhum agricole Martinique » montre que c’est bien la notion de terroir et d’unicité qui prédomine. Le rhum Martiniquais est bon seulement de qualité mais surtout il est unique parce que les procédés de fabrication mettent en valeur et en exergue le terroir.

Enfin, il a abordé la question de la grande diversité de la canne. Alors que l’être humain ne possède que deux chromosomes, la canne, quant à elle, en possède plus d’une dizaine. La diversité des sols, selon que l’on soit dans le sud ou le nord de la Martinique vient ajouter des propriétés spécifiques à la canne. Cette dernière, associée aux différentes levures et méthodes d’assemblage, permet de créer des rhums uniques au monde.

Cette conférence a retenu l’attention de toute l’assemblée, professionnels du rhum, et fournisseurs divers.