Le martiniquais Henri Henriol : « Le Festival Panafricain est une famille où l’on se sent bien »

Vues : 189

« J’ai trouvé ce Festival très chaleureux, je me suis (même) dit que les baobabs allaient pousser ici, à la Pointe de la Croisette ». La phrase est celle du martiniquais Henry Henriol, cinéaste et membre du jury du FIFP à Palm Beach dans la ville de Cannes. Il se sent bien, il est comme chez lui  aux Antilles ou en Afrique quand il participe au Festival International du Film Panafricain.

D’origine antillaise, Henri Henriol est un panafricain qui réside à Marseille (Sud de la France). Depuis plusieurs années le cinéaste qui a étudié à Paris au Conservatoire Libre du Cinéma Français (CLCF) est un régulier au Festival International du Film Panafricain. Le Président du FIFP, Basile Nguangue Belle fait souvent appel au réalisateur, Henri Henriol participe aux remises de Prix, ce sont les Dikalo Awards qui récompensent les meilleurs fictions, courts métrages ou documentaires en compétition à Cannes sur la Côte d’Azur.

Président d’honneur aux précédentes éditions, le cinéaste revient à la 14ème édition comme membre du Jury et co-président du jury de Courts métrages. Il nous raconte comment il se sent bien dans un Festival où l’on rencontre des africains de la diaspora anglophones ou francophones et où l’on peut voir tant de films et « si divers ».

« On ne peut pas faire du cinéma si on aime pas les gens ! Participer cinq jours à ce Festival, c’est faire une parenthèse qui permet d’oublier durant un moment les problèmes du monde. Le temps du Festival est un temps de paix, de joie et de bonheur ! ».

En discutant avec Henri Henriol, d’origine martiniquaise mais aussi africaine,  c’est une occasion de redéfinir le concept du Panafricanisme avec celui qui est membre du Jury au FIFP : « Dans Panafricain, il y a Afrique, mais il s’agit de rassembler tous les Noirs du monde, de l’Afrique, de la Caraïbe en passant par l’Amérique, le Brésil. C’est une très belle idée de regrouper les créateurs, réalisateurs ou comédiens qui font des œuvres originales ».

Henri Henriol est un réalisateur qui mise sur l’optimisme quand il reconnaît qu’être dans un Festival, « c’est (déjà) une bonne chose. Quand on est dans un Festival, on est sélectionné, on a déjà gagné quelque part !

Le Festival Panafricain abrite aussi des exposants de bijoux, d’accessoires de mode, de bijoux africains ou de vêtements.

Les cartes de visite sont les bienvenus dans une ambiance soignée et élégante.

Des galas sont organisés dans les salles de projection, une occasion d’associer, savoir vivre et professionnalisme. Ce samedi soir, un repas africain est prévu au menu.

Henri Henriol connaît très bien la Martinique, il nous en parle. Membre du Jury au Festival International du Film Panafricain à Cannes, il explique l’intérêt de l’événement, initié pat le « courageux » président Basile Nguangue Belle :

Reportage à Cannes Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Photos C’news actus Dothy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *