« Le Métro » doit-il changer de nom ? La déclaration d’Olivier Berisson suscite de nombreuses réactions

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

« Le Métro », c’est le buzz du moment en Martinique. Tout est parti d’une déclaration d’Olivier Berisson, président de l’association MUN, lors d’une action devant les locaux des distributeurs d’eau pour réclamer « une eau saine dans les robinets ».

Des militants du collectif Zéro Chlordécone-Zéro Poison et de l’association MUN, ont manifesté ce mercredi, devant les organismes chargés de la distribution de l’eau potable en Martinique.

Dans un live Facebook, une déclaration d’Olivier Berisson devant le restaurant Le Métro n’est pas passé auprès des internautes. La vidéo a suscité de nombreuses réactions et a été largement partagée avant d’être supprimée de la page de l’association MUN.

Dans la vidéo, le président de MUN déclare qu’il va demander au propriétaire du restaurant de changer le nom de son établissement. Selon lui le mot métro « rappelle la colonie et va dans le sens de l’apologie du crime contre l’humanité. Il lui propose alors de l’appeler « Martinique ou France« .

Depuis cette déclaration les internautes sont dubitatifs et ne comprennent son raisonnement. Ils sont nombreux à tourner la séquence en dérision et plusieurs visuels humoristiques ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux. D’autres y vont de leur analyse pour tenter de remettre les choses dans leur contexte :

Ils ont cru qu’il s’agissait d’une référence à la métropole et à un métropolitain et ont envahi le restaurant, or c’est un Martiniquais qui a reproduit tout ce que l’on trouve dans un métro (Ratp)….cela n’a rien à voir avec un quelconque lien avec la métropole

Alors on, tout n’est pas bien réparti, comme dans beaucoup d’autres départements sur le territoire France .. Oui parfois on peut se sentir négliger par l’état France , et se sentir dominé par certains détenteurs de pouvoir , mais là il faut pas aller dans l’extrême non plus…

Quand on s’attaque à un restaurant monté de toute pièce par un Entrepreneur Antillais qui embauche ses frères, Martine voit rouge comme la pancarte du METRO !

Le sujet a été traité dans le dernier numéro de la page satirique « Franche-Antilles »