Le plus jeune joueur de tambour Bèlè a 10 ans, le petit martiniquais séduit de Londres à Paris

«Dwayne Gernet est né le 27 juin 2009 à Vitry sur Seine », sa mère Annabelle est une danseuse de Bèlè du groupe Boukan. Issue d’une longue lignée de danseurs, tambouyés ou chanteurs de Bèlè en Martinique, Annabelle raconte la passionnante aventure musicale de son unique fils. Dwayne est le plus jeune tambouyé à se produire de la France où il réside? à Londres où le jeune enfant se produit.

Dwayne Gernet est un enfant de la balle. L’enfant «vibrait» au son du tambour Bèlè alors qu’il était dans le ventre de sa mère. Annabelle Gernet, fière de son fils, le guide, l’aide à progresser tout en suivant sa scolarité, Dwayne n’a que 10 ans. Depuis l’age de 3 ans, le petit martiniquais danse, chante, il aura son premier tambour Bèlè à 7 ans.

A Londres, au milieu de l’association «Fos rasin Nou», invitée spéciale du Creole Day Festival 2019, Dwayne se faisait remarquer comme étant le seul mineur du groupe. Sans se lasser, le jeune tambouyè a ouvert l’événement, animé des ateliers et clôturé la soirée sous le rythme du Bèlè. Le public londonien a craqué pour ce jeune adolescent d’une dizaine d’années. C’était le samedi 30 novembre 2019 à Vauxhall Grove dans l’Ouest de la capitale anglaise.

Le jeune Dwayne au Creole day Festival à Londres

 Sa mère Annabelle explique pourquoi Dwayne aime tant jouer du tambour  : « Pour lui, il s’agit d’une tradition et Dawyne aime énormément le Bèlè. Dwayne sait également qu’il est important de travailler en classe. Il s’applique dans ses études, tout se passe bien jusqu’à présent» atteste la danseuse de Bèlè. « Il joue mais il danse également, il aime son Bèlè. Il est toujours prêt à s’entraîner où à partir en spectacle. » ajoute sa maman, sa première fan.

Dwayne et le groupe «Fos Rasin Nou»

Dwayne a grandi dans le groupe Boukan, protégé par les plus anciens de la formation il n’a eu aucun mal à trouver sa place assure Annabelle Gernet : « Dwayne n’a eu aucun souci à s’intégrer dans le groupe avec des adultes. Tout s’est superbement passé. J’ai tout suivi car je suis danseuse de Bèlè. Je fais partie de l’association Boukan. Il est arrivé tout petit dans le groupe. J’étais enceinte, j’ai continué à danser avec lui dans mon ventre. A sa naissance, j’ai aussitôt repris mes activités de danses. Je l’emmenais partout avec moi. Du coup il était dans un monde d’adultes et il y est toujours. Mais il est reconnu comme un des meilleurs tamboyés ».

Annabelle et Dwayne

En mai 2009, alors qu’Annabelle a 8 mois de grossesse, l’artiste hésite à se poser, elle raconte cette anecdote : « Enceinte, je continuais mes répétitions et faisais des spectacles car j’aime mon Bèlè. Je ressentais une connexion lorsqu’il entendait vibrer le son du tambour dans mon ventre car il bougeait énormément à ces moments-là. J’ai dansé très tard avec lui. J’avais huit mois de grossesse et je me rappelle d’une belle prestation que nous avons eue à Sarcelles. Je me trouvais dans la foule et je ne pouvais plus me retenir. Il fallait que je danse, la vibration du tambour, le chant, la voi dèyè, le ti bois, tout m’attirait. Il ne risquait rien. Donc j’ai pris un carré madras, j’ai bien attaché mon ventre, car il faut savoir bien «maré» son ventre, et hop ,nous avons bien dansé. Après on était bien tous les deux. Le Bèlè nous appelait. »

Mère et fils, danseuse et musicien de Bèlè

10 ans et déjà responsable d’un groupe de danseurs pendant ses voyages à l’étranger : « Oui c’est une énorme responsabilité pour lui», déclare sa maman, «car il est tambouyé. Quand la danse démarre, Dwayne est responsable des danseurs et danseuses, dès qu’il commence à jouer, il doit absolument aller jusqu’à la fin de la danse ».

Fan et mère Annabelle est aux petits soins pour son seul enfant : « Au début, je m’inquiétais pour lui. Je lui demandais tout le temps s’il avait mal quand il frappait son tambour. Plus petit, il a eu un accident à la main, mais Dwayne me répondait à chaque fois, non maman, j’ai pas mal. S’il a une gêne, il passe de la crème, se protège des fois les phalanges et voilà Dwayne est prêt à faire vibrer son tambour au son du Bèlè avec toute la puissance de ses 10 ans»  constate Annabelle.

Dwayne Gernet, tambour Bèlè (Martinique) en tournée à Londres

L’attachement de Dwayne pour le Bèlè de la Martinique est aussi celui d’une longue lignée familiale martiniquaise :  « Dwayne a appris le tambour en écoutant et en regardant les adultes de l’association. Mais, nous sommes issus des Gernet, Persanie et Casérus qui sont des grandes familles de Bèlè de la Martinique. Parmi les maîtres du Bèlè sur notre île, Casarus Félix est notre oncle, Armitte Gernet ,ma maman décédée, était une grande danseuse de Bèlè. Marie-Victoire Mersanie grande danseuse de Bèlè est notre tante. Francina danseuse Bèlè est aussi notre tante. Mon fils Dwayne et moi Annabelle avons le Bèlè dans notre sang. Donc nous avons rien appris juste regarder et écouter. Mon fils a commencé à danser, il avait à peine 3 ans puis il a jouer du tambour à 5 ans. A 7 ans je lui ai offert son premier tambour Bèlè. »

Annabelle Gernet, danseuse de Bèlè (Martinique)

Dwayne est né en Ile-de-France mais est très lié aux traditions et à la culture martiniquaises  : « Les amis et la famille ne cessent de le féliciter» , révèle la jeune maman,« car ils l’ont tous vu démarrer quand il n’était qu’un bébé, il n’avait même pas 36 mois et aujourd’hui, ils continuent à le suivre, ils se transforme. Tout le monde l’encourage beaucoup. Et moi sa maman, je suis très, très, très fière de lui. Car cela me touche de voir cette harmonie, cette joie, cet amour entre nous quand on danse où quand il me fait danser quand il est au tambour ». conclut Annabelle Gernet.

La Martinique a son plus jeune tambouyè de Bèlè, il joue à Londres et à Paris ( C'news Actus Dothy)

MARTINIQUE – LONDRES – PARIS – MUSIQUE : Il n'était pas encore en classe de maternelle qu'il dansait au ryhtme du tambour Bèlè … Reportage Dorothée Audibert-Champenois C'news Actus Dothy Antillesboxmail – Dothy Creole it's us Nad Créolecénous CRÉOLE DAY FESTIVAL 2019

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Jeudi 5 décembre 2019

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter
Images et vidéo A.G. C’news Actus Dothy