« Le PPM s’étonne de la mise à l’honneur d’Alain Despointes à la fête de Case-Pilote »

Vues : 1334

Dans un communiqué le Parti Progressiste Martiniquais se dit étonner « de la mise à l’honneur d’Alain Despointes lors de la fête patronale de Case-Pilote » qui a eu lieu récemment. L’homme avait créé la polémique en 2009 avec notamment ses propos sur le métissage dans un documentaire de CANAL + intitulé « Les derniers maitres de la Martinique ».

FETE PATRONALE DE CASE-PILOTE : le PPM s’étonne de la mise à l’honneur d’Alain DESPOINTES

Le Parti Progressiste Martiniquais a découvert avec étonnement qu’Alain DESPOINTES était l’invité d’honneur de la fête patronale de la commune de Case Pilote. Cette manifestation s’est déroulée du 12 au 15 Aout 2016, à l’initiative du Maire Ralph MONPLAISIR et sous la présidence d’honneur d’Alfred MARIE-JEANNE.

Le PPM tient à marquer sa réprobation quant à :

– la mise à l’honneur, lors de cette manifestation communale, d’une personne à l’origine de propos racistes, notamment dans le documentaire de CANAL + intitulé  » Les derniers maitres de la Martinique
– la caution portée par le président du conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, Alfred MARIE JEANNE, en tant que président d’honneur.

La droite conservatrice martiniquaise, le MIM et le RDM démontrent une fois de plus leur mépris des peuples opprimés.

Cette cohabitation des opposés, manipulatrice, pernicieuse, délétère et libérée dévoile chaque jour, la pratique de l’opportunisme en faisant du mensonge public, la règle, et de la politique, son fond de commerce.

Le Parti Progressiste Martiniquais dit
NON au mensonge et à la manipulation,
OUI à l’éthique et la moralité.

Serge LETCHIMY, Président et Johnny HAJJAR, Secrétaire Général du Parti Progressiste Martiniquais


1 commentaires :

  1. Nicolas

    La réponse du maire de Case Pilote vaut son pesant d’or. Et devrait ramener certains à la raison et méditer sur leurs propres erreurs. Prendre conscience que souvent, nous faisons des erreurs et que le poids de notre conscience est souvent plus impitoyable que les sanctions des hommes et des institutions de justice. Et, personne, ne sait ce que nous endurons et, notre regret d’avoir commis ces ou cette erreur(s). Mais, certains politiques, ne méditent même pas sur les erreurs qu’ils commettent et qui font des dégâts dans le peuple et empêchent cette pacification vers laquelle notre pays doit tendre, sans oublier mais pardonner et permettre une évolution des mentalités et plus grande tolérance….
    Avons nous entendu, ces frères, devenus inséparables, lorsque leurs amis politiques d’ici ou d’ailleurs nous inondent de propos racistes dont sont victimes les antillais qui, pourtant font parti de cette république , une et indivisible?

Les commentaires sont fermés