Le préfet de Martinique promet une «rentrée sur-mesure » pour le retour des enfants à l’école à partir du 11 mai

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Le retour des enfants à l’école aura lieu progressivement à partir du 11 mai en Martinique et la rentrée sera «sur-mesure », promet le Préfet Stanislas Cazelles dans une interview publiée dimanche dans le journal France-Antilles.

« Comme annoncé par le gouvernement, le retour progressif des enfants à l’école se fera à partir du 11 mai. Le rectorat et les collectivités locales travaillent actuellement sur l’organisation de cette rentrée sur-mesure. Les parents et les organisations syndicales sont au cœur des échanges », précise le Préfet.

Le Premier ministre, Édouard Philippe, présentera le Plan global de déconfinement pour la gestion de la pandémie du COVID19, mardi 28 avril, pour un vote devant l’Assemblée nationale, après son discours.

Un Conseil scientifique a été chargé de le conseiller sur la sortie du confinement prévu le 11 mai. Pour les crèches, les collèges, les lycées et les universités, le Conseil a recommandé une rentrée en septembre.

Mais le gouvernement n’a pas suivi ses recommandations, optant pour une reprise progressive à partir du 11 mai.

Dans cette éventualité, les experts du Conseil ont alors préconisé des mesures de précaution comme le port de masque « obligatoire » pour les collégiens et les lycéens.

Considérant que le port du masque est « impossible » en maternelle et « adaptable » en fonction de l’âge, en primaire, ils ont recommandé que les règles de distanciation sociale, en vigueur de façon générale dans la société, soient adoptées dans tout l’établissement.

Les tables devront être écartées d’un mètre en classe. Les établissements devront faire en sorte que les élèves d’une classe ne croisent pas les élèves d’une autre classe ou que les élèves d’un même niveau ne croisent pas les élèves d’un autre niveau, pour repérer les élèves à risque en cas de contamination.

Et « si c’est possible », qu’ils déjeunent tous en classe, à leur table, ont recommandé les experts.
Les parents sont par ailleurs invités à prendre la température des enfants chaque jour avant le départ pour l’école.

En cas de symptômes, l’enfant ne devra pas s’y rendre et les parents devront prendre l’avis de leur médecin traitant.

« Il faut penser à ces enfants qui n’ont pas accès au numérique et qui ne peuvent pas être aidés par leurs parents ».

Quoiqu’il en soit, l’Elysée a annoncé jeudi 23 avril que le retour à l’école le 11 mai se fera uniquement sur la base du volontariat et ne sera donc pas obligatoire. Mais pour Stanislas Cazelles, « Il faut penser à ces enfants qui n’ont pas accès au numérique et qui ne peuvent pas être aidés par leurs parents ».

«La situation actuelle est difficile pour l’apprentissage des élèves et creuse les inégalités,» estime le Préfet.

«Il est (….) essentiel de rouvrir progressivement les établissements scolaires en toute sécurité pour les enfants et les personnels», reconnaît le Préfet. Mais il ne fournit ni détail ni indication quant au dispositif prévu pour protéger les élèves et le personnel d’une éventuelle contamination du virus qui circule dans l’île.

Depuis le début de la pandémie, 175 cas confirmés de COVID19 ont été recensés en Martinique, selon les chiffres de l’Agence régionale de santé au 25 avril. Quatorze personnes sont décédées.
De leur côté, les médecins sentinelles ont signalé 361 cas de patients symptomatiques, depuis le début de la crise sanitaire.

Jeudi 23 avril, Alfred Marie-Jeanne a alerté le Premier ministre sur le fait qu’il sera « impossible » de rouvrir à partir du 11 mai, les collèges et les lycées de Martinique, faute de moyens suffisants pour protéger les élèves et le personnel du COVID19.

Il a préconisé une reprise en septembre compte-tenu du nombre de jours restants pour clôturer l’année scolaire.

Fort du soutien des maires et des Présidents d’agglomérations de communes, Alfred Matie-Jeanne a plaidé pour une «stratégie » martiniquaise de deconfinement, pilotée par la CTM.
Il a mis en avant l’insuffisance de l’équipement des personnels chargés notamment du nettoyage des locaux. Il faudra équiper 1.000 agents « à raison de trois masques par jour au minimum », or le stock existant en masques », autant que « l’incertitude d’arrivée de nouveaux stocks » ne permettent pas de « répondre à cette exigence », a-t-il donné à titre d’exemple.
A l’insuffisance des masques, s’ajoute le nettoyage de tous les établissements «avant et pendant la période de reprise pour éviter la propagation, », a-t-il fait observer.

Une Commission Ad hoc constituée d’élus a été mise en place pour plancher sur cette stratégie martiniquaise de déconfinement. Elle se réunira pour la première fois ce lundi 27 avril.

Deconfinement : «Nous sommes dans l’attente des annonces gouvernementales et nous les adapterons à la Martinique ».

S’agissant du déconfinement de la Martinique, le Préfet Cazelles a indiqué : «nous sommes dans l’attente des annonces gouvernementales et nous les adapterons à la Martinique. Il y aura forcément des considérations particulières relatives à notre caractère insulaire. ».

« Les flux qui viennent de l’extérieur ne doivent pas effacer les efforts des Martiniquais qui depuis le début du confinement ont permis de contenir le virus et de ralentir sa propagation », a-t-il dit.

«Nous mettons en place les mesures nationales et les adaptons au territoire avec des règles particulières pour protéger efficacement la population », a-t-il précisé.

Photo : Ti Fox pour icimartinique.com