Le ravisseur du petit Rifki attend en prison un autre procès pour agression sexuelle

Vues : 815

La France entière a suivi le kidnapping du petit Rifki âgé de seulement 4 ans. C’était au mois d’Août dernier à Rennes. Son ravisseur a été jugé ce mardi, mais pour une autre agression sexuelle dans la même région.

Ahamed Ansuifoudine, est condamné à un an de prison dont six mois avec sursis. Il est reconnu coupable de l’enlèvement d’un jeune enfant de 9 ans.

Après avoir vécu sur l’île de Madagascar et à la Réunion, ce mahorais, animateur social mais sans emploi décide de s’installer en France, au printemps 2015. Un de ses compatriote l’héberge, et c’est dans ce contexte qu’il abuse sexuellement le fils de son logeur. Cela se passe au mois de juin 2015. Durant sa garde à vue, l’homme âgé de 24 ans reconnaît son agression sur le jeune mineur.

Mardi, au Tribunal Correctionnel de Rennes, il s’est défendu auprès des juges en reconnaissant que les faits dont on l’accuse sont dus à l’alcool et au cannabis qu’il consomment. Il dit n’avoir aucune attirance pour les petits garçons et dit-il « J’ai eu une crise d’angoisse…la présence de l’enfant me rassurait » rapporte le quotidien Ouest-France.

Le tribunal a suivi les réquisitions du Parquet, et a écroué l’agresseur, en attendant l’autre procès, celui du petit Rifki. Ahamed Ansuifoudine doit comparaître pour enlèvement, séquestration et agressions sexuelles sur enfant mineur de moins de 15 ans. Rifki avait disparu le samedi 15 Août en plein centre ville de Rennes.

Ahamed Ansuifoudine l’avait emmené acheter des boissons fraîches. Une alerte enlèvement avait été lancée dans les médias. L’enfant avait été retrouvé le lendemain en compagnie de Ahamed Ansuifoudine dans une gare en Gironde.

Dorothée Audibert-Champenois

Photo : Sud Ouest (Cottereau Fabien)