Le Tribunal de Cayenne rongé par l’amiante, les juges squattent les bureaux de la police et de la gendarmerie

En mars dernier, de l’amiante est découvert dans le bâtiment Lam Cham du Tribunal de Cayenne. Et depuis, le tribunal fonctionne au ralenti, magistrats, greffiers et fonctionnaires de justice, ont été répartis sur des sites différents quand d’autres sont relégués au télé-travail. Résultat « En deux mois, 60 % à 70 % des affaires sont tombées ou ont été renvoyées », a déclaré Patrick Chevrier, le président du tribunal de grande instance.

Après cette mesure d’urgence de fermer le Palais de Justice les audiences correctionnelles se font dans le réfectoire de la Caserne Loubère mis à disposition par l’armée. Plus grave, les procès d’Assises se tiennent sans que les pièces à conviction sous scellés soient présentés aux audiences. Les juges pour enfants occupent un bureau à tour de rôle sans avoir accès à leurs dossiers. Quant aux juges d’Instruction, ils travaillent dans un bureau prêté « de temps en temps par la gendarmerie ou par la police.

Les contribuables sont les premiers perdants souligne le quotidien Le Monde.

Les poussières toxiques repérées dans les locaux (en travaux depuis 2014) ont amené le personnel a exercé son droit de retrait. Pour Corinne Vernoux, déléguée de l’Union syndicale des magistrats :  « Le CHSCT, Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail a validé le droit de retrait des greffiers, magistrats et personnel de justice qui ont décidé de ne plus travailler sur ce site. » 

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images