Le trompettiste Franck Nicolas met fin à sa grève de la faim


Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :
Vues : 914

Le trompettiste Franck Nicolas a mis fin à sa grève de la faim ce mardi 15 mai, après un séjour à l’hôpital.

Pour faire accepter le jazz guadeloupéen et martiniquais dans les festivals en France et pour protester contre le sort que lui réservait Pôle Emploi de Montpellier, le trompettiste guadeloupéen avait entamé une grève de la faim le 24 avril dernier.

C’est sur Facebook qu’il raconte que son combat n’aura pas été vain :

« Aujourd’hui mardi 15 Mai 2018, ma grève de la faim se termine…Je reviens d’une aventure de 3 longues semaines, qui parfois ont été un vrai calvaire physique et morale…J’ai souffert, j’en ai bavé, j’ai été jusqu’au bout du bout pour défendre mon art, Jazz-Ka, PoP-Ka et Jazz-Kalina.

Je me suis vu partir 3 fois, j’ai vu le tunnel avec la lumière au bout,et le DIVIN a décidé que ce n’était pas mon heure…Je suis donc vivant et franchement chaque nuit je me demandais si j’allais me réveiller le lendemain. Mon coeur a fait des crises plusieurs fois, surtout dans la dernière semaine, il me faisait mal, j’ai prié DIEU pour qu’il continue à battre surtout ce dernier week end.

Depuis le mardi 24 avril, j’ai senti mon estomac peu à peu se refermer comme 2 membranes qui se collent l’une sur l’autre, c’est une sensation trop étrange et surtout j’aurais jamais cru ne plus avoir faim du tout !!! Mais ça fait mal, dans le corps, ça fait mal dans la tète, ça tait mal, dans le coeur, et tes forces t’abandonnent peu à peu, tu passes de 45 à 95 ans en deux semaines, et la 3 éme t’es plus que l’ombre de toi même !!! Je ne souhaite à personne de vivre cette expérience hors du commun mais au combien dangereuse.

C’est quelque chose qui vous rapproche, de la mort, et qui fait réfléchir !!! En revanche, ce qui est extraordinaire c’est que je me suis accroché à une seule chose : mon âme, elle était pure,toute en musique, j’essayais de m’accrocher à elle, heure par heure, j’avais peur qu’elle quitte mon corps mais je l’ai supplié, par chance, elle est resté. Toutes les graisses et les mauvaises énergies sont sorti de mon corps, mon cerveau est à présent tout neuf et libre il s’est réinitialisé… C’est une nouvelle naissance pour moi !!! Bref, je ne suis qu’un humble musicien de St félix Gosier, qui s’est battu pour son art et la visibilité des jazz d’Outre mer .

Aujourd’hui je pense peut être avoir ouvert 1 première porte : j’ai peut être un tourneur de renon pour ma musique , une 2 ème porte : pour la 1ère fois , la Guadeloupe va peut être m’aider pour mon nouveau concept Jazz-Kalina, et enfin 3 ème porte : ma plus grande victoire, c’est que je pense avoir ébranlé un tout petit peu le système en place, et les musiciens commencent à se révolter, et des voix proches du milieu artistique s’élèvent .

« La montagne » de refus des programmateurs de festivals ne parait plus si insurmontable que ça, certains auront entendu peut être, pour la 1ère fois, parler du nouveau jazz venu de Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion. Va falloir se battre encore et encore …

… C’est avec les rêves, du courage et une détermination sans failles, qu’on arrive à gagner de grandes batailles, et à changer les préjugés …  »

Sources et photo : Facebook Franck Nicolas