Le tueur en série, Guy Georges, bientôt libre ?

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés :

Sous les verrous depuis 22 ans, le tueur en série Guy Georges, pourrait se retrouver bientôt libre, car sa peine est arrivée au terme de sa période de sureté. Depuis mars, il est fondé à demander sa libération conditionnelle.

Guy Georges, né Guy Rampillon, a été condamné le 5 avril 2001 à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans, soit jusqu’en 2020 , date de la fin de sa période de sûreté. Il était en détention provisoire depuis 1998.

Après une traque de sept ans, le « tueur de l’Est parisien » a été jugé coupable de sept viols, suivis du meurtre de sept jeunes femmes, à Paris.

Le 5 avril 2001, peu avant la délibération des jurés, Guy Georges avait pris une dernière fois la parole pour lire un texte, préparé à l’avance, dans lequel il déclarait : « Pourquoi mes parents m’ont-ils abandonné ? Pourquoi m’a-t-on retiré la moitié de mon identité à 7 ans ? Pourquoi ne se penche-t-on pas sur moi après ma première peine, alors qu’on avait décelé que je suis dangereux ? […] Pourquoi ma folie meurtrière commence en 1991 ? Pourquoi suis-je devenu ce tueur implacable et sans pitié ? Pourquoi je ne me plains jamais ? Pourquoi est-ce que j’aime sincèrement mes amis ? »

Puis, il s’adresse aux parties civiles et conclut : « Hier, vous ne parliez de moi qu’en noir, mais j’ai du blanc aussi. J’assume ce que j’ai fait, mais j’ai une haine de la société. Je leur en veux. La peine qu’on va m’infliger, c’est rien. Moi, je vais m’infliger une peine. Je ne sortirai jamais de prison, vous serez tranquilles Quoi qu’il arrive, je ne recommencerai jamais. Même si vous ne l’acceptez pas, je vous demande pardon. »

A la prison centrale d’Ensisheim où il purge sa peine, Guy Georges, 57 ans, devenu obèse, mène une vie calme et fréquenterait une jeune étudiante en cinéma de 22 ans, qu’il recevrait une fois par mois dans un parloir familial, rapporte le journal Marianne.

Une pièce aménagée d’un lit, d’un canapé et d’une douche, qui lui offre quelques heures d’intimité avec famille et conjointe, sans surveillance ni caméra, ajoute le journal.
Une « relation singulière », souligne un proche d’une des victimes qui met en garde contre le risque que le couple ne conçoive un enfant qui pourrait servir d’argument pour la sortie de Guy-Georges. « L’attrait pour l’horreur a toujours existé, et c’est malheureusement banal. Mais ce qui serait dramatique, ce serait qu’il fasse un enfant et s’en serve comme argument pour sortir, » souligne ce proche.

Une pétition « Non à la sortie de prison de Guy Georges » a été lancée sur internet. « Il est absolument nécessaire de le maintenir en prison car il recommencera ses atrocités sur des jeunes femmes », fait valoir la pétition selon laquelle « il faut (…) éviter toute sorte de procédure de remise en liberté ! ».

Parmi les commentaires des signataires, on peut lire celui d’Yves qui estime que Guy Georges « mérite la guillotine ». Pour Roland « ce sale type doit crever en prison ! »
« Annie renchérit : « peine de mort pour cette ordure
qui récidivera »