Leevydjah Lazard, la fillette de 11 ans, portée disparue en Haute-Garonne a été retrouvée saine et sauve, à Poitiers

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France, Guadeloupe
Mots clés :

La fillette de 11 ans, Leevydjah Lazard, disparue depuis trois semaines en Haute-Garonne, a été retrouvée saine et sauve à Poitiers, ce jeudi matin 8 octobre 2020, après une longue enquête qui a révélé un « contexte familial très particulier », rapporte La Dépêche du Midi.

« Elle va très bien, en très bonne forme. Lili a été retrouvée ce jeudi 8 octobre au matin à Poitiers par les gendarmes dont il faut souligner le travail remarquable mené sous commission rogatoire depuis maintenant trois semaines », a annoncé le Procureur de Saint-Gaudens, Christophe Amunzateguy, mettant fin à trois semaines de mystère et d’inquiétudes.

Six gardes à vue sont en cours : la mère de la victime, et plusieurs proches dont une amie chez qui Lili avait trouvé refuge. Les gardés à vue sont actuellement entendus, a précisé le magistrat.
Ce sont des perquisitions qui ont permis de retrouver à Poitiers, la jeune collégienne qui s’était volatilisée le 17 septembre, à la sortie de son collège, entre Montréjeau et Gourdan-Poligan, au sud de la Haute-Garonne.

Les gendarmes de la brigade des recherches de la compagnie de Saint-Gaudens, qui travaillaient en lien étroit avec les enquêteurs de la section recherches de Toulouse, avaient déclenché une vaste opération de recherches dans sept communes, notamment à Niort, Poitiers mais également dans l’Oise et en région parisienne, souligne le journal.

Surnommée Lili, la jeune guadeloupéenne avait rejoint, cet été depuis la Guadeloupe, sa grand-mère qui en avait obtenue la garde, au détriment de sa maman.

Les enquêteurs ont vite acquis la certitude que la jeune disparue ne se trouvait pas en danger mais encore fallait-il comprendre ce qui s’était passé, souligne le journal. « Les moyens engagés dans le cadre de cette enquête ont été considérables, fait observer La Dépêche.
Les gendarmes ont rapidement diffusé un appel à témoin, pensant au départ à une fugue. « Mais les investigations menées rapidement sous l’autorité de la juge d’instruction de Saint-Gaudens ont montré un contexte familial « très particulier » », selon une source proche de l’enquête.

Avant sa disparition, la fillette avait assisté normalement à ses cours au collège de Montréjeau, puis avait disparu alors que sa grand-mère l’attendait à Gourdan-Polignan, où elle vit depuis cet été.

« Je tiens à saluer l’investissement des gendarmes dans ce dossier », a commenté le Procureur, Amunzateguy dont les propos sont cités par le journal.